Une fille avec un livre

Luis Sepulveda, Le vieil homme qui lisait des romans d'amour.

Sepulveda

Il possédait l'antidote contre le redoutable venin de la vieillesse, il savait lire.

Posté par Bina Thomas à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 janvier 2018

Saucisson sec au chocolat

Pour le goûter, le dessert...ou l'apéritif...

(si vous voulez piéger vos invités).

Cela fonctionne!

 

ATTENTION: prévoir la veille pour le lendemain! Une nuit au frigo est nécessaire!.

saucisson choco

INGREDIENTS:

125 gr de chocolats noirs

50 gr de beurre

100 gr de raisin blond

150 gr de noisettes concassées (ou amandes, ou pistaches)

12 pims coupés en morceaux.

sucre glace

 

PREPARATION:

Faire fondre au bain marie le chocolat et le beurre

Puis hors du feu, rajouter les noisettes, les raisins

Laisser refroidier une quinzaine de minutes au réfrigérateur dans le saladier du mélange.

Sur une plaque, disposer un film alimentaire sur lequel vous versez la préparation. Façonnez-là en forme de ''boudin''. Serrez le film et réfrigérez toute une nuit.

Le lendemain, sortir la préparation du froid, retirer  le film, refaçonner légèrement pour donner une apparence de saucisson sec, et frotter généreusement de sucre glace. Celui-ci va s'immiscer dans tous les ''plis'' du saucisson et vous obtiendrez ainsi un saucisson trompe-l'oeil à proposer à vos invités.

Conservez-le dans du papier cuisson qui a un aspect de papier à charcuterie, et présentez-le ainsi que une planche en bois avec un couteau à couper les saucissons.

 

Succès garanti!

 

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 janvier 2018

Une aventure sonore pour petits et grands, exposition, Hôtel-Dieu, Brie-comte-Robert.

Vue le samedi 16 janvier, après-midi.

 

Vernissage Exposition " Instruments de nulle part "

Vernissage Exposition " Instruments de nulle part "

https://www.facebook.com

De bric et de broc, gerrican, tuyaux PVC, conserves, couvercles, bois, cadre à vélo...un peu de doigté, une bonne oreille, et cela donne des trompes, des guitares, des cythares, des cymbalum au son harmonieux. Un plaisir pour les enfants, puisque les instruments sont accessibles (sauf ceux suspendus aux murs pour des raisons de sécurité).

25348557_1686199534777378_342505567187636172_n

25353681_1686199434777388_5546003579173308074_n

25353866_1686199758110689_2207649449953277154_n

25353879_1686200738110591_2562817696868063160_n

25353982_1686199314777400_2485935716734319631_n

Instruments de nulle part, Nicolas Bras,

Hôtel Dieu, Brie-Comte-Robert

du 16/12 au 11/02/2018

mercredi et samedi de 15h à 18h

Dimanche: 10h-13, 15h-18h.

08 janvier 2018

Clément Goguillot, Goûter conté épicé. Médiathèque de Brie-Comte-Robert, 15/12/2017.

Dépaysement garanti au pays des contes.

19h30. Entrée dans la petite salle de spectacle de la médiathèque de Brie-Comte-Robert. Quelques tables carées couvertes de nappes, des chaises autour. Tiens, cela annonce la dégustation.

En face de nous, deux tables. Sur l'un d'entre elle, une plaque électrique, un grand faitout d'eau fumante, la vapeur se dégage. Et déjà, de bonnes odeurs. Qu'est-ce qui se prépare? Sur l'autre table, des récipients et des produits que nous découvrirons au fur et à mesure, et une certaine quantité de bols retournés...et quelque chose cachée par un torchon.

25507876_1686204924776839_3466682133437483189_n

L'homme au tablier, c'est le conteur, qui va nous embarquer sur la route des épices, la route de la soie et du thé...Une route qui nous mène d'est en ouest...ou d'ouest en est...

Le fil conducteur est un marchand. Comme tant d'autres, tous les ans, il part. Il marche, au rythme de la caravane de chameaux. Chaque étape, le soir, il faut tout décharger. C'est l'heure de se retrouver entre marchand...et de se raconter des histoires...de marchands. Eh, Toi, qui est marchand d'épices, tu connais...?

Et nous voilà embarqués dans un conte oriental parmi d'autre, qui va parsemer ce fil conducteur comme autant de petits cailloux sur le chemin des épices.

Mais que fait le conteur pendant qu'il nous transporte sur la route de l'Orient?

Quelques graines de Cardamome par ci, de la badiane par là, ou encore de la muscade, et pour finir... une boule de rooibos..Vous sentez ce qui se dégage? Et à un moment précis, Clément nous distribue les bols, puis des brocs d'infusion circulent...Puis les histoires reprennent...

 

 

25348487_1686204878110177_8012920286989615644_n

 

Et hop, du beurre, du sucre à fondre dans un autre faitout. Cela fond tout en douceur avant d'être mixé. Mais, et là, que fait-il? un zeste de citron vert est émincé sous nos yeux dans son intégralité, tout en finesse et avec dextérité. Le jus d'un citron jaune rejoint le contenu hors du feu désormais.  Le tout est filtré, dans quoi? un thermos?...non, c'est un siphon! Secouez-moi, secouez-moi, l'heure de la dégustation a sonné. Des biscuits se cachaient sous le torchon du début de séance...et avec une lichette de cette chantilly au citron vert aussi douce qu'une mousseline, mes amis, croyez-moi, c'est une TUERIE!

 

 

25353860_1686204908110174_6129325623692520690_n

Bref, après cette longue description, vous l'avez compris, j'ai été enchantée de ma soirée, prête à renouveler l'expérience dès que l'occasion de goûters contés se représentera.

Ce goûter conté est un réveil des cinq sens: l'odorat, la vue, le goût, le toucher avec les épices qui circulent, tous nos sens sont mis à contribution en même temps. D'ailleurs, personne ne bougeait à la fin de la séance, refusant de croire que c'était déjà terminé! Mais hélas, toutes les bonnes choses ont une fin.

Posté par Bina Thomas à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 janvier 2018

Joël Alessandra, Abyssinie, une rtaversée illustrée, édition Paulsen, préface Abdourahman Waberi.

Lors de la sélection des livres de la masse critique babelio, je suis tombée en arrêt sur ce livre, en me disant qu'il allait être pour mon père. Je n'ai coché que lui, et j'ai croisé les doigts, et la magie de Noël a opéré, je l'ai reçu.
Mon père a fait son service militaire à la fin des années 60 à Djibouti, et l'un des rares auteurs qu'il lit est Henri de Monfreid. Je pense que ce livre est donc fait pour lui.

Un homme part, il a besoin de prendre du recul, et sa destination n'est autre que l'Abyssinie, sur les pas de Rimbaud, Kessel, Monfreid....
Cartes pour suivre son parcours, correspondance du personnage avec sa fiancée, photos, aquarelles, renseignements historiques et géographiques instructifs, le tout ponctués d'extraits  de ces auteurs baroudeurs illustrés, c'est un voyage illustré que nous propose Joël Alessandra.
Un beau voyage qui, je l'espère, lui plaira autant qu'il m'a plût.

abyssinie

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


02 janvier 2018

Catel et Bocquet, Olympe de Gouge, Casterman, écritures, 486 p.

Un livre emprunté au CDI.

La plus grande partie du livre jusqu'à la page 406 est une BD qui illustre la vie et l’œuvre d'Olympe de Gouge.

Dans un premier temps, l'ouvrage retrace la vie de sa mère, puis la jeunesse de Marie Gouze. Elle se marie et devient mère à 18 ans, et veuve l'année suivante. Lettrée, éduquée, elle choisit de rompre avec le mode de vie imposé aux femmes. Elle veut vivre librement, monte à Paris, devient femme de lettre, fille des Lumières, lectrice de Rousseau, Mirabeau, Mercier, Théroigne de Méricourt, Condorcet...

Mais être une femme dans cette fin de siècle des Lumières est un combat de tous les instants, la menant sur tous les fronts: combat pour l'abolition de l'esclavage, pour l'égalité des femmes...Elle rédige pièces de théâtre et lettres ouvertes.

Mais son sexe et les thèmes qu'elle aborde lui ferment les portes de la Comédie Française,sans compter le clientélisme et les intérêts de chacun.

Dans cette époque historique troublée (nous voyons naïtre la Révolution Française), il ne fait pas bon avoir des idées très ouvertes sur certains thèmes!

A cette BD succèdent 12 pages de chronologie détaillée de la vie ''d'Olympe de Gouge et des principaux événements de son temps'', puis 33 pages de notices biographiques de tous les personnages apparaissant dans la vie privée et publique d'Olympe.

Un livre intéressant et complet pour une première approche de cette femme de son temps (ou même en avance sur son temps), mais rien ne vaut la confrontation directe avec ses textes.

Posté par Bina Thomas à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 janvier 2018

Marc lemonnier, Les Bienveillantes décryptées, éditions Le pré aux clercs, 238 pages.

les bienveillantes décryptées

J'avais lu Les Bienveillantes de Jonathan Little à sa sortie en 2006. C'est un  livre qu'on n'oublie pas, qui marque, même 10 ans après. Alors, lorsqu'une collègue me propose une  analyse de ce livre, j'ai dit oui. Il y  une chose que j'apprécie après avoir lu un bon roman, (pas avant, pour ne pas gâcher l'effet de surprise), c'est d'en comprendre la genèse ou les dessous, pour revenir sur quelque chose a qui avait pu nous échapper. Je ne me sens pas le courage de relire Les Bienveillantes, me remettre ce livre dur en mémoire me suffit.

J'ai apprécié les explications, l'éclairage historique, l'explication des références qui avaient pu m'échapper à l'époque, et surtout la part de la fiction dans l'histoire et dans l'Histoire.

Mais c'est un livre à réserver à ceux qui avaient apprécié le précédent, sinon, cela ne leur parlera pas.

"Max Aue est un rayon X qui balaie, un scanner n'est effectivement pas un personnage vraisemblable. Je ne recherchais pas la vraisemblance mais la vérité".

"Le garde SS ne devient pas violent ou sadique parce qu'il pense que le détenu n'est pas humain, au contraire, sa rage croît et tourne au sadisme lorsqu'il s'aperçoit que le détenu, loin d'être un sous-homme comme on le lui appris, est justement, après tout, un homme, comme lui au fond, et c'est cette résistance, vous voyez que le garde trouve insupportable, cette persistance muette de l'autre, et donc le garde le frappe pour essayer de faire disparaitre leur humanité commune."

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 décembre 2017

Colson Whitehead, Underground railroad, ALbin MIchel, 398 pages, 2017.

Cora est une jeune femme esclave sur une plantation du sud des Etats-Unis. Sur la plantation Randall, la cruauté règne, et elle est bien placée pour le savoir. La seule solution: accepter de s'enfuir avec Caesar, lorsque celui-ci le lui propose. S'enfuir comme sa mère l'avait fait six ans plus tôt, la laissant orpheline un matin au réveil.
Mais les esclaves sont surveillés, et lorsqu'ils sont repris, la punition les mène le plus souvent à la mort. Et entre les terres du sud et le nord opèrent des chasseurs d'esclaves.

Un réseau clandestin d'aide aux esclaves en fuite existait. Mais ici, il est matérialisé par une ligne de chemin de fer souterrain menant les esclaves dans une ligne souterraine de ville en ville, chaque gare étant surveillée par des hommes anti-esclavagistes. C'est une matérialisation symbolique illustrant le difficulté de la fuite dans une Amérique raciste.

Une belle découverte que je recommande chaudement.

underground

25 décembre 2017

Gin Philipps, Le zoo, Robert Laffont, collection La bête noire, 292 pages

Le zoo

Je vous déconseille fortement d'entamer ce livre le soir avant de vous endormir, croyez-moi, je parle d'expérience! Surtout si vous avez vous-même un jeune enfant, vous tremblerez encore plus!

Le zoo est un thriller prenant, captivant, qui nous sert la poitrine.
Joan est une mère qui a l'habitude d'emmener son fils au zoo après l'école. Ils ont leur coin préféré, un peu à l'écart, l'ère de fouille des dino, dans laquelle Lincoln joue avec ses super héros.

Le zoo est sur le point de fermer, Joan et Lincoln se dirigent vers la sortie. A proximité, Joan entend des coups de feu, et remarque des corps à terre. Deux hommes en noir et armé tirent sur tout ce qui bouge, homme comme animaux.

Joan embarque alors son fils dans une course poursuite, une partie de cache-cache dans laquelle leur vie est en jeu. La tension monte progressivement et une fois embarqué nous ne lâchons plus le livre, angoissée à l'idée de ce qui pourrait bien leur arriver.

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 décembre 2017

Joël Baqué, La fonte des glaces, POL, 283 pages.

Un charcutier à la retraite, veuf et régler comme une hologe voit sa vie basculer le jour où il traverse une brocante et tombe sur...un manchot empereur empaillé.

Nouvelle passion venue du froid, Louis veut désormais tout savoir sur eux, allant jusqu'à partir au pôle sud à leur rencontre. Un acte manqué l'entraine ensuite à l'opposé, et il devient malgré lui le porte-parole d'un nouveau courant écologiste.

C'est poétique, cocasse...et cela met le doigt sur la récupération poussée à l'extrême d'un courant écologique. Vela va loin, mais cela montre les dérives.

Une lecture plaisante.

Citation:

"L'homme découche la couche d'ozone, touille des neutrons dans des marmites en béton, substitue hormones et pesticides à la patience. Louis se rendait à l'évidence, son espèce est bien la seule à habiter le monde en s'y croyant extérieur"

" Ca lui ressemblait si peu qu'il ne pouvait s'agir que d'un acte manqué causé par l'existence des chasseurs d'icebergs, inconsciemment identifiés par Louis comme l'une des innombrables menaces pesant sur la patrie du manchot empereur."

La fonte des glaces

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,