Une fille avec un livre

Luis Sepulveda, Le vieil homme qui lisait des romans d'amour.

Sepulveda

Il possédait l'antidote contre le redoutable venin de la vieillesse, il savait lire.

Posté par Bina Thomas à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


19 octobre 2017

Erik Orsenna, La Fontaine,Une 'école buissonnière, Sock, 206 pages

J’aime habituellement les romans et les essais d’Erik Orsenna, qui fait œuvre de vulgarisation, toujours bien écrite. On peut vulgariser sans s’abaisser, pour élever le lecteur et le nourrir. La nourriture, cette fois, je ne l’ai pas trouvé, je suis restée sur ma faim.

Orsenna s’attaque ici à La Fontaine, peut-être l’auteur le plus connu de tous les français. Qui n’a pas appris, qui ne connait au moins une fable de notre Jean national ?Mais ici, rien de neuf, des généralités lisibles partout, des digressions (très nombreuses), des chemins de traverses qui n’apporte rien. Savoir qu’aujourd’hui une enseigne de grande surface de jardinage occupe l’espace de promenade de La Fontaine me laisse de marbre.

Est-il vraiment utile de connaitre l’indemnité d’un académicien, et les querelles autour du dictionnaire aujourd’hui, pour ne pas aborder le travail de La Fontaine à l’académie en son temps, surtout que l’indemnité de l’époque n’est même pas mentionnée ? Il précise juste ‘’les maigres jetons versés’’ par l’académie. Certes, mais quelle valeur ?

Au moins laisse-t-il entendre qu’il a toujours de l’inspiration, puisqu’il aurait deux livres en cours, dont sur ‘’La gastronomie des couleuvres, ces repas qu’il faut avaler quand on veut de l’honneur ou des pouvoirs’’.

Orsenna nous donne donc à lire un La Fontaine buissonnier, bon vivant, infidèle, un paresseux travailleur, un courtisan ruiné, mais un La Fontaine qui ne nourrit pas son lecteur, malgré les efforts de l’auteur pour employer régulièrement des tournures et expressions du XVIIes.

Vous m’aviez habituée à une vulgarisation érudite, Monsieur Orsenna, reprenez-vous !

La fontaine

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2017

Amistead Maupin, Chroniques de San Francisco, t9, Anna Madrigal.

Ch SF Anna Madrigal T9

 

Le dernier volume des chroniques est consacré au personnage clé et fil conducteur de tous les volumes précédents. Très présentes dans les premiers volumes de chroniques, un peu, davantage en pointillé dans les suivants, Anna Madrigal était cependant toujours là, l’œil vif, l’esprit perspicace, recueillant les confidences de ses anciens locataires, voire les guidant l’air de rien dans leur vie.

Anna ne vit plus à Barbary Lane mais en appartement, aidé par Jake, collègue de Mickael. Elle a désormais 92 printemps, a eu des ennuis de santé, et sait très bien qu’elle arrive au bout du voyage. Alors, elle s’organise. Un mot pour chacun, retour sur les traces de son passé pour apaiser sa conscience, le reste ne sera que du bonus.

Brian, de retour de ses voyages en camping car avec, enfin, une nouvelle femme, Shawna, sa fille, Mickael et Ben, Mary Ann, Dede, Jake, Amos et leurs amis, tout le monde se retrouve pour un dernier Burning Man, embarquant Anna avec eux pour une célébration pas comme les autres. Anna, presque une égérie trans !

Cela fait un pincement au cœur de quitter tous ces personnages et cette vile. J’abordais ce dernier volume avec un peu de crainte, me demandant ce qui allait survenir pour mes nouveaux amis de papier. Une série à garder sur mes étagères, tant j’ai été obnubilé par cette saga. A lire, à conseiller, et à relire en cas de coup de blue.

02 octobre 2017

Amistead Maupin, Chroniques de San Francisco, t8, Mary Ann en automne.

ch SF Mary Ann en Automne T8

Mary Ann approche de la soixantaine maintenant, nous sommes en 2005 (seul indice de datation, 4 ans après le 11/09). Elle a désormais les cheveux argentés et est installée sur la côte est depuis près de 20 ans. Que ne lui est-il pas arrivé depuis que nous avons fait sa connaissance dans le premier volume : son aventure avec Norman, dans la maisonnette sur le toit de la pension, s’est mal terminée ( vous vous rappelez le détective qui enquêtait sur Anna, et qui avait des photos pédophiles) et continue encore de hanter Mary Ann. L’homme amnésique qu’elle aide à retrouver la mémoire, réapparu dans le tome 6. A la demande de celui-ci, elle était allée s’installée sur la côte est, mais l’émission annoncée n’a pas tenue. Finir par faire des publicités pour de la literie est un échec pour une journaliste ambitieuse ! Alors, un mariage avec un homme plus âgé, et surtout riche, peut s’avérer être une solution….qui laisse finalement à Mary Ann un goût amer. Nous l’avions perdu de vue longtemps, avant de la revoir brièvement à la fin du précédent volume, lorsqu’ Anna Madrigal a fait sa crise cardiaque. Mais suffisamment pour lui donner envie de reprendre le contact avec Mickael Tolliver, qui reçoit ses confidences et prépare son séjour pour quelques semaines. En effet, malade, elle revient se faire opérer à San Francisco, puisque plus rien ne la retient à new York.

Mais après vingt ans d’absence, comment se sent-elle dans cette ville qui a changé ? Comment la perçoivent ses anciens amis, et les nouveaux personnages ? Ce n’est pas évident pour elle après son comportement dans les volumes 5 et 6. Restera, restera pas dans la ville de ses débuts ?

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 septembre 2017

Amistead Maupin, Chroniques de San Francisco, T7, Mickael Tolliver est vivant.

Ch SF Mickael Tolliver n'est pasort T7

Mickael Tolliver nous fait l’effet d’un vieux dinosaure. Nous sommes désormais au début des années 90, il cohabite avec le VIH et est toujours sous traitement. Tout le monde suit son chemin. Mickael a un nouvel associé et vit en couple avec Ben, de vingt ans son cadet. Thack est désormais de l’histoire ancienne.

Cela fait un moment que Mary Ann vit sur la côte est et ne donne quasiment plus de ses nouvelles. Brian songe à partir en camping car à travers le pays, seul. Shawna est grande, elle a désormais 23 ans et se lance dans l’écriture (blog + livre) sur la sexualité après avoir testé de nombreuses expériences.

Dans ce nouveau titre (la série initiale devait s’arrêter à 6 romans), c’est un roman et non plus une série de chroniques, un roman centré sur Mickael. Son père est décédé depuis de nombreuses années (18 ans) et sa mère est désormais en fin de vie. Mais c’est à ce fils si éloigné, celui dont elle a toujours rejeté l’homosexualité, qu’elle fait appel pour ses dernières volontés. L’occasion de revoir sa famille pratiquante et si ‘’dans e droit de chemin ‘’. Un vrai choc des cultures.

En parallèle, Madame Madrigal, la mère de cœur de Mickael, a des ennuis de santé. Cruel dilemme. Doit-il choisir d’accompagner sa mère biologique qui l’a rejeté ou sa mère de cœur auprès de laquelle il vit depuis 30 ans ?

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


25 septembre 2017

Amistead Maupin, Chroniques de San Francisco, t6, Bye Bye Barbery Lane

Ch SF Bye bye barbary lane, T6

Le 28 Barbery Lane s’éloigne, mais nos amis sont toujours bien présents. Cette fois, ce volume tourne autour de Mary-Ann. Revient la voir à SF un homme qu’elle a connu 11 ans plus tôt. Un homme alors amnésique, qu’elle a aidé à retrouvé la mémoire en menant l’enquête. Cette ancien amant devenu producteur à New York souhaite la recruter pour un animer un show matinal sur une chaine nationale. Sautera-t-elle le pas ? Elle a ici à San Francisco un homme canon, une fillette adorable, des amis proches. Succombera-t-elle aux chants des sirènes ?

Les sentiments se bousculent aussi bien chez Brian que chez Mickael, qui doit en plus surveiller sa santé au rythme de son biper.

Mme Madrigal en profite pour faire une escapade en Grèce auprès de sa fille Mona Ramsey, et tout laisse penser qu’elle pourrait bien rester au soleil…Va-t-elle dire Bye  Bye à Barbery Lane et à ses ‘’enfants’’ devenus grands ?

Allez vite, j’attaque le 7, pour en savoir plus ! C’est série est bien ma saga de l’été ! Et oui, il y avait au départ 6 tomes, mais Maupin nous régale de quelques volumes supplémentaires.

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 septembre 2017

Amistead Maupin, Chroniques de San Francisco, T5, D’un bord à l’autre.

ch SF D'un bord à l'autre T5

J’ai trouvé une petite baisse de régime à ce volume. Quelques nouveaux personnages auxquels j’adhère un peu moins. Les habitants de Barbary Lane sont maintenant dispersés, mais nous continuons de suivre leur vie professionnelle, amoureuse et quotidienne parfois mouvementée.

Cela fait quelques volumes maintenant que les personnages prennent conscience du fléau du sida dans cette décennie des années 80.  Cette maladie honteuse des homos, on commence à prendre conscience qu’elle ne touche pas que le milieu gay, n’est pas Brian ? L’infidélité apporte quelques jours d’angoisse pure ! L’appui de Mickael est précieux, lui qui est séropositif,  et qui a perdu son compagnon de cette maladie quelques années auparavant.

Le travail de Mary-Ann lui prend de plus en plus de temps on a l’impression que la distance se creuse entre elle et Brian, malgré la présence de Shawna. Dommage. Mary Ann perd de son piquant qu’elle avait dans les premiers volumes.

Même si l’écriture et le ton sont toujours légers, les sujets graves sont abordés et l’émotion est bel et bien présente.

Posté par Bina Thomas à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 septembre 2017

Amistead Maupin, Chroniques de San Francisco, T4, Baby Cakes.

CH de SF Baby cakes 4

 

Et un nouveau virage pris par les personnages de la pension Madrigal. Mary Ann est devenue Journaliste. Elle est en bas de l’échelle et corvéable à merci, ce qui se ressent dans sa vie de couple.  Brian souhaite qu’ils aient un enfant mais cette envie ne semble pas partagé. La reine d’Angleterre est en visite à SF (et oui, Maupin a réussit à la faire venir !), et un membre de l’équipage déserte. Il va intégrer la pension dans l’appartement de  Mickael , et celui-ci part un mois à Londres pour se changer les idées. Echange d’appartement avant que ce ne soit à la mode ! Il n’est pas au bout de ses surprises puisque il va faire de drôle de rencontre, et nous retrouvons à nouveau Mona. Les intrigues de chaque personnage poursuivent leurs chassé-croisé, ça se bousculent et l’émotion est toujours au rendez-vous.

Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 septembre 2017

Amistead Maupin, Autres chroniques de San Francisco T3

Autres ch de SF T3

Quittons cette fois les années 70 pour entrer dans les années 1980-1981. L’intrigue principale va tourner autour du personnage de Dede, que nous avions quitté enceintes de jumeaux et veuve de Beauchamp dans le volume précédent. ET en parallèle nous retrouvons toujours les colocataires de Madame Madrigal, en particulier Mary-Ann Singleton, qui prend de plus en plus  dans l’histoire.

C’est toujours pétillant et ironique, jamais ennuyeux, j’adore ! Les sujets graves sont bien présents, mais traités sans plomber l’ambiance. A chaque fois que j’entre dans un nouveau volume, je trouve quelque chose qui m’accroche.

 

11 septembre 2017

Amistead Maupin, Nouvelles chroniques de San Francisco, tome 2, livre de poche

Nouvelles Ch de SF T2

Toujours les années 70 et San Francisco, l’heure des premières révélations. Dans le tome 1 ? Nous avions fait connaissance avec les habitants du 28 Barbery Lane et des environs. Ils se croisent, s’entrecroisent dans des milieux qui interagissent. Nous avions laissé Anna Madrigal et ses ‘’enfants’’, en ayant conscience d’un secret qui nous échappait encore, à nous lecteur. Seule Mona était au courant …d’une partie seulement.

Ici, nous en savons un peu plus, la rame des chroniques tourne autour de Mme Madrigal, qui est-elle VRAIMENT ?

Ah ça, je vous laisse le découvrir !

Certaines répliques sont à hurler de rire. J’en aurais bien relevé quelques unes, mais elles vous auraient révélé la vérité, ce que je ne peux évidemment pas faire ici.

Ça se dévore comme des petits pains chauds sortis du four. Un régal ! A lire sans modération.