Paul, Tanguy, Rodolphe, Benoit. 1981. Quatre jeunes hommes, l’année du bac, quatre milieux sociaux différents, quatre tendances politiques, l’année d’une élection politique qui va cristalliser aussi bien les craintes des uns que les espoirs des autres.

Paul, Tanguy, Rodolphe, Benoit, quatre parcours que nous allons suivre de l’obtention de leur bac jusqu’à 2012. Entre caractères qui s’affirment et caractères qui se cherchent, professions valorisantes ou difficultés, sexualité affirmée ou homosexualité difficilement vécue, quatre hommes dans la vie quotidienne qui évoluent en parallèle, se croisent, se jaugent, se comparent, se distend, se rapproche.

Le bonheur national brut, c’est donc une fresque, un tableau de la France de la décennie 1980 et des années 2000, entre vie privée et professionnelle, sur fond de politique.

Le livre est conséquent (531 p) mais se lit sans problème, on ne le lâche pas, les personnages ont de l’épaisseur, le ton est vif, mordant, combinant régulièrement humour, ironie et finesse des observations sociétales.

Un coup de cœur.

bonheur national brut