Nasri, La parole de dieu

Voici un livre qui m’a beaucoup intéressé, et en même temps, je ne sais pas trop comment en rendre compte. D’abord, précisons qu’il s’agit d’une pièce de théâtre (reçue d’une MC de babelio). A travers différents personnages, nous prenons connaissance des différents postulats de l’Islam à travers des moments précis de son histoire, et en des lieux variés. Avant l’Hégire à la Mecque, à Médine treize ans après l’hégire, puis à Bagdad trois siècles plus tard, puis de nos jours en région parisienne.

L’intérêt : Ne connaissant que très peu de chose du contenu et des courants de pensée de l’Islam (uniquement ce qui a été vu dans le cadre de mes études d’histoire), ces échanges permettent de mettre à plat pour chaque époque les grands débats d’idées et les orientations choisies. Les tiraillements idéologiques se retrouvent tout au long de l’histoire, jusqu’à nos jours, symbolisés par les personnages présents dans l’acte IV, « Quatre jeunes femmes. Chahida est vêtue d’un hijab, Amina a un foulard sur la tête, Kahina et Raja n’ont pas de signes religieux distinctifs ». Ces quatres personnes sont le fil conducteur introduisant les différents actes, , présentant l’évolution temporelle et géographique aux lecteurs/spectateurs. Et elles vont clore la pièce par le débat contemporain, d’une grande actualité ces derniers mois.

C’est une lecture instructive qui ‘’s’adresse à tous, musulmans comme non-musulmans’’ (réplique n° du prologue) qui a clairement pour objectif de montrer les débats et les différentes interprétations d’une même parole.

L’inconvénient : Il faut prendre le parti pris de faire confiance à l’auteur sur un sujet sensible. En tant que lectrice extérieure aux débats, le sujet me semble clairement traité, abordant bien les différentes tendances contradictoires.