31 août 2017

Jean Hegland, Dans la forêt, Gallmiester, 2017, 301 pages. Traduction Josette Chicheportiche

  Une claque. Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de roman comme celui-ci, qui m’a transporté et fait vibrer pour les deux jeunes héroïnes. Ecrit il y a vingt ans, ce qui est décrit peut toujours se produire, puisque l’humanité n’a toujours pas pris suffisamment conscience  que nous vivons en équilibre instable sur notre planète. La nature reste la plus forte, et ce que la terre a à nous offrir n’est pas inépuisable. Eva et Nell ont toujours vécu dans une maison dans les bois avec leurs parents, éloignée de la... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2017

Victor Hugo, Bug Jargal, Gallimard, 272 pages.

Voici la première œuvre de Victor Hugo, même si elle fut retravaillée quelques années plus tard pour sa publication. Cela se sent, ce n’est pas encore le grand Hugo, mais c’est déjà de la belle littérature ! Roman, romance, Histoire, ce livre nous emmène à Saint Domingue au moment de la révolte des esclaves. Léopold d’Auverney est un capitaine qui, un soir, au camp, raconte son histoire à ses camarades. Ce qui fait ce qu’il est devenu, cet homme seul, qui semble se battre uniquement pour aller au devant de la mort. Cet... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 août 2017

Gabriel Garcia Marquez, L’amour au temps du choléra, lp, 443 pages

Probablement l’une des plus longues histoires d’amour de la littérature ! Une femme, Fermina, devient veuve au début du roman après 50 ans de mariage avec le Dr Juvénal Urbino. Dès le jour suivant, durant la veillée, se manifeste Florentino qui lui avait juré, cinquante ans plus tôt, un amour éternel. De ce point de départ, nous remontons alors le temps. La jeunesse de Fermina, celle de Florentino, puis celle du jeune et brillant docteur. Leur vie évolue en parallèle, leur route se croise plus d’une fois. Le jeune évincé ne... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 août 2017

Le 21 juillet en Belgique????????

Fête nationale belge, journée des hortensias.   Le vendredi 21 juillet dernier, nous étions en Belgique avec pour objectif de visiter différents jardins ouverts ce jour de fête nationale. Les hortensias étaient en fête aussi ce jour là. A quoi correspond la fête nationale en Belgique ? Ont-ils leur ‘’Bastille Day’’ comme un certain président américain appelle notre fête nationale ? J’ai donc essayé de me renseigner lors du petit déjeuner pris avec l’autre famille résidente de notre chambre d’hôte.  Et là est... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 août 2017

Une question de culture…

Des petits séjours assez fréquents en Belgique m’ont permis de faire une observation. Et celle-ci s’est répétée dans de nombreuses petites villes et villages. Cela n’est évidemment pas valable dans les immeubles urbains. Quand nous arrivons en France chez quelqu’un, on sonne et on attend au portail que l’ami vienne nous ouvrir. Chaque propriété de particulier est délimitée par un mur, un muret, une barrière, un grillage, et surtout, un portail ! Ah ! Notre portail que nous tenons tous soigneusement clos !... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 août 2017

Frédéric Gros, Désobéir, Albin Michel, 2017, 220 pages.

  Aujourd’hui, de nombreuses circonstances devraient nous amener à nous révolter : l’accentuation des injustices sociales, la dégradation progressive de notre environnement, et « ce qu’on appelle le ‘’capitalisme’’ diffus » qui enveloppe les deux précédents. Alors, pourquoi laisser faire, pourquoi ne pas désobéir ? Frédéric Gros va poser la question de la désobéissance à la lumière de ce qu’est l’obéissance. Il ne va donc pas aborder les mouvements sociaux d’opposition qui font entendre leur voix, mais va... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 août 2017

Camilo Jose Cela, La famille de Pascal Duarte, point, 199, 145 pages.

Voici un auteur qui m’était totalement inconnu, découvert grâce au prêt d’une collègue pour la durée des vacances. Camilo José Cela a publié La famille de Pascal Duarte en 1942 en Espagne, provoquant un scandale au moment de sa publication. L’auteur devient prix Nobel de littérature en 1983. La famille de Pascal Duarte est le roman de la fatalité qui poursuit un homme depuis sa naissance.  Un homme que, à la fin de sa vie, ‘’la plupart des gens considère comme une hyène, mais qui n’est au fond qu’un doux mouton poursuivi et... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 août 2017

Yaa Gyasi, No home, Calmann-Lévy, 410 pages.

  Une mère commune, Maame, deux filles nées dans deux villages différents, Effia la beauté et Esi. Deux destins, deux lignées parallèles, du XVIIIes à la fin du XXes. Les chapitres fonctionnent deux par deux et nous suivons ainsi alternativement l’histoire des personnages génération après génération. Tous les deux chapitres nous passons à la génération suivante. Une branche, celle d’Esi, traverse l’Atlantique , subit l’esclavage puis la ségrégation. L’autre reste sur la Gold Coast, de bonne souche, éduquée, métissée,... [Lire la suite]