Ch SF Anna Madrigal T9

 

Le dernier volume des chroniques est consacré au personnage clé et fil conducteur de tous les volumes précédents. Très présentes dans les premiers volumes de chroniques, un peu, davantage en pointillé dans les suivants, Anna Madrigal était cependant toujours là, l’œil vif, l’esprit perspicace, recueillant les confidences de ses anciens locataires, voire les guidant l’air de rien dans leur vie.

Anna ne vit plus à Barbary Lane mais en appartement, aidé par Jake, collègue de Mickael. Elle a désormais 92 printemps, a eu des ennuis de santé, et sait très bien qu’elle arrive au bout du voyage. Alors, elle s’organise. Un mot pour chacun, retour sur les traces de son passé pour apaiser sa conscience, le reste ne sera que du bonus.

Brian, de retour de ses voyages en camping car avec, enfin, une nouvelle femme, Shawna, sa fille, Mickael et Ben, Mary Ann, Dede, Jake, Amos et leurs amis, tout le monde se retrouve pour un dernier Burning Man, embarquant Anna avec eux pour une célébration pas comme les autres. Anna, presque une égérie trans !

Cela fait un pincement au cœur de quitter tous ces personnages et cette vile. J’abordais ce dernier volume avec un peu de crainte, me demandant ce qui allait survenir pour mes nouveaux amis de papier. Une série à garder sur mes étagères, tant j’ai été obnubilé par cette saga. A lire, à conseiller, et à relire en cas de coup de blue.