La gloire des maudits

 

Un nouveau ‘’tourne-page ‘’ de cet auteur découvert grâce à mon libraire il y a quelques années avec Les fidélités successives.

La seconde guerre mondiale est terminée depuis 10 ans, mais est toujours gravée dans le cœur et le sang de la population française. Certains milieu ont été compromis avec l’ennemi, l’épuration a eu lieu, certains ont réussi à passer à travers, s’achetant une nouvelle virginité au prix de quelques transactions pas toujours très claires.

Le milieu de l’édition et des personnes de lettres en est un exemple et nous plongeons dans le panier de crabes avec quelques personnages, aussi bien réels que fictifs.

Gabrielle Valoria est une jeune femme qui élève seule son frère, tous deux étant des victimes directes de l’épuration. Elle vivote, se bat pour conserver la demeure de ses parents, à défaut d’avoir le train de vie des années 40-45. Une occasion de gagner de l’argent lui tombe dessus, écrire la biographie littéraire de Sidonie Porel. Sidonie Porel, la plus grande écrivaine du moment depuis la fin de la première Guerre mondiale. Après un roman populaire dont elle a du mal à assumer la paternité, elle cherche la reconnaissance de ses pairs en publiant régulièrement tous les deux ans sa grande série Les deux France.  Grande femme de lettres ou imposture littéraire ? Certains soulèvent le doute, l’enquête démarre, les personnages se croisent et c’est l’occasion d’explorer les ambigüités de l’Occupation. On note un mille feuilles de mensonges de façades et d’affaires délicatement recouvertes d’un voile de bonne conscience. Sur une trame historique (on croise de nombreux auteurs  qui ont fait leur chou gras sous l’occupation) se greffe une trame romanesque qui éclaire le contexte historique.

Une fois ouvert, le livre ne se lache plus.