Après lecture, j'ai eu besoin de recoller les morceaux façon puzzle pour vérifier que je n'avais pas oublier une étape dans la compréhension globale de ce qui arrive à Tolbiac Juillet.

Lorsque je me lance dans un roman d'aventure, une enquête, je suis parfois désagréablement surprise par la rapidité avec laquelle je dévore le livre. Ce n'est pas seulement ou pas toujours parce que je suis emportée par les péripéties, non, c'est parce que le roman manque de consistance.

Et dans Tobiac Juillet, je suis heureuse de vous annoncer que ce n'est pas le cas. Aussi farfelue que soit l'histoire par moment, il y a de la matière à laquelle s'accrocher si on veut correctement emboiter les pièces du puzzle.

Avec Cédric Blondelot, vous allez naviguer des Etats-UNis à la France, grâce à des personnages haut en couleur et marginaux. Le tout est de comprendre le lien entre la première partie américaine et notre ami Tolbiac, mais là, il vous faut être patient, la chute, comme son nom l'indique, ne viendra que dans l'épilogue., lorsque la boucle sera enfin bouclée pour le lecteur.  Enfin presque. 

L'histoire se déroule sur une trentaine d'années et nous permet de cotoyer le milieu de la magie, avant de basculer dans celui de la Bourgeoisie coincée.

Le lien entre les deux?

Une cuvette de toilette et une clope. Mais surtout une cuvette de toilette. Un moyen complètement loufoque et décalé de plonger dans un univers parallèle. Oui, oui, car en plus, la physique s'en mêle! Vous devez donc aborder cette lecture avec une certaine ouverture d'esprit, indispensable pour vous laisser porter d'un monde à l'autre et pour suivre l'esprit décalé de celui qui porte le nom d'une station de métro.

L'écriture est à l'image du personnage, vive, imagée, et pas coincée. Un plaisir qui vide la tête, détente, jubilation.

Et surtout ce roman contient quelques vérités typiquement masculine et universelle valable à tous les âges de la vie, j'en ai eu confirmation en lisant deux passages aux hommes qui m'entourent, mon fiston de 7 ans et mon compagnon.