Les vacances

Mes enfants commencent à avoir une bibliothèque bien garnie, surtout que ma mère leur a donné quelques uns de mes anciens livres jeunesse, dévorés, lus et relus quand j’avais leur âge. La plupart de mes livres avaient été donnés à une petite cousine grande lectrice un peu plus jeune, mais certains avaient échappé à cette disparition. Et voilà qu’en rangeant la bibliothèque de ma fille je tombe sur les vacances de la comtesse de Ségur. Après avoir à l’époque lu Les petites filles modèles, j’avais dévoré Les vacances, parce qu’il change du précédent. En effet, des membres de la famille que l’on croyait morts dans un naufrage réapparaissent après avoir passé quelques années aux mains des sauvages sur une île perdue à l’autre bout du monde.

Cela ruissèle de bons sentiments, c’est plein de clichés, le regard de l’adulte que je suis n’est plus le même que le regard de l’enfant.

Il y a trente ans, j’avais été transportée par le récit de Paul, ce cousin de Sophie. Il nous raconte tout ce qu’il a vécu pendant les 5 ans passés chez les sauvages. Ah, ces sauvages ! Le mythe du bon sauvage est dans toutes les pages, avec tous les clichés du XVIIIes, ce sauvage qui vénère le blanc presque comme un Dieu, pour le pouvoir de sa machette, de sa hache et pour sa dextérité avec toutes ses armes. L’apport de la civilisation !

La comtesse de Ségur est née en 1799 et est morte en 1874. Elle a commencé à écrire tardivement, à plus de cinquante ans. Louis Hachette recherchait de la littérature pour enfant, et Eugène de S2gur lui aurait parlé des talents de sa femme. Noté que dans un premier temps c’est le mari qui accorde à Louis Hachette le monopole des ventes de littérature jeunesse dans les gares. En 1860, Hachette créé la bibliothèque rose (qui existe toujours) où sont publiés les livres de la comtesse de Ségur. Elle s’est par la suite battue pour que ses droits d’auteur lui soient versés en propre et discute froidement ses droits quand son mari lui coupe les fonds.

Finalement, j’en aurais appris des choses en recherchant simplement à quelle période écrivit la comtesse de Ségur.