Le 3 juin 2014. Jesse Rosenberg, de la police d’Etat de New-York, est sur le point de quitter la police. C’est le soir de la cérémonie de départ donnée en son honneur. Il a 45 ans. Ce jour là, il va croiser la jeune journaliste, Stephanie Mailer. Elle le cherchait, juste pour lui annoncer que vingt ans auparavant, il s’était fourvoyé dans la résolution du quadruple meurtre d’Orphea, le soir de l’ouverture du festival de théâtre. Le maire, sa femme, son fils, ainsi qu’une joggeuse de passage devant chez lui. D’après cette journaliste, Jesse et son coéquipier se sont trompés de coupable, ce qu’elle cherche à prouver. Mais il ne lui reste qu’une semaine à faire dans la police. Va-t-il tout remettre en cause ?
Monsieur 100% est alors titillé dans son amour-propre. Il veut juste revoir l’affaire …surtout que Stéphanie Mailer est officiellement portée disparue trois jours plus tard. ..
Il va alors à nouveau faire équipe avec son coéquipier de l’époque, Derek Scott, et s’associer Anne Kanner de la police locale. Que vont-ils bien déterrer au bout de vingt ans ?
On m’avait dit beaucoup de bien de ce titre, je suis quant à moi légèrement déçue. Pas par l’intrigue, mais par la construction de roman. Les aller :retour dans le passé ne m’ont pas dérangé, ni le nombre de personnages, mais j’ai trouvé ces aller-retour trop rapides, juste quelques pages, qui ne me laissaient pas le temps de plonger dans l’ambiance aussi bien de l’époque du meurtre (1994) que celle de l’enquête actuelle (2014) Dès que l’on commence à ressentir quelque chose, on change de scène, de personnages, de décor. Je me suis cru dans un film où l’action comptait davantage que l’ambiance. C’était un peu étourdissant.

51wcPF7uI0L