Compte-rendu de lecture

la formule de dieu

La lecture de Signe de Vie de JR Dos Santos il y a quelques temps dans le cadre d’une MC Babelio m’a donné envie de lire la série qui a pour personnage récurrent Tomas Noronha, historient et cryptologue portugais. Je viens de me plonger dans La formule de Dieu avec délectation.

1951. Princeton. Einstein reçoit la visite de Ben Gourion, alors premier ministre israélien. Qu’est-ce qu’Israël peut bien attendre du célèbre physicien ?

Début 2010. Le Caire. Le professeur Noronha est séduit par une charmante iranienne, Ariana Pakravan, mais la rencontre n’est pas si fortuite qu’il y parait. Pourquoi les iraniens seraient-ils intéressés par les capacités reconnues de Tomas dans le domaine de la cryptographie ?

Quel lien avec la rencontre Einstein-Ben Gourion qui ouvre le roman ?

Quand on réfléchit au domaine de spécialisation d’Einstein et à la politique nucléaire mené par l’Iran, on peut avoir froid dans le dos.

Mais la grande explosion annoncée n’est pas forcément celle que l’on s’imagine.

Ce roman est l’occasion d’aborder des théories physiques assez ardues pour des néophytes, mais elles sont présentées clairement pour que Tomas Noronha et nous, lecteurs qui n’y connaissons rien sur le sujet, puissions comprendre les enjeux des réflexions…sur l’existence de Dieu dans l’univers.

Un grand écart ? non, pas tant que ça si on y réfléchit bien. Rappelons que toutes les théories scientifiques et métaphysiques exposées dans les romans de JR Dos Santos sont vraies et servent de trame de fond à une intrigue où la fiction rejoint la réalité, et la riche bibliographie apporte un éclairage intéressant sur l’angle de ces recherches. Pour avoir lu l’un des ouvrages cités en biblio il y a quelques années, on comprend vite que la présence divine et la métaphysique ne sont pas étrangères aux sciences dures.