l'araignée de mashhad

Voici un roman graphique qui m’a beaucoup plu aussi bien pour l’histoire que pour la forme, le dessin, la manière dont c’est mis en scène. Je ne connais pas grand-chose à ce type d’œuvre, je pense qu’il y a un vocabulaire spécifique pour ce que je vais décrire, mais je ne le connais pas.

D’abord, l’intrigue. C’est une mise en image d’un documentaire réalisé par Mazar Bahari, journaliste irano-canadien travaillant pour Newsweek, arrêté et torturé en 2009. Son documentaire s’intitule And along came a spider, l’histoire d’un tueur en série s’en prenant aux prostituées de la ville chiite de Mashhad. Il n’a jamais pu être projeté en Iran. Mashhad, ville sous la coupe d’un imam fondamentaliste. Seize prostituées ont été retrouvées, étranglées, revêtues d’un tchador noir. Les crimes auraient pu se poursuivre encore longtemps. Qui est Saïd Hanai, le tueur en série ?

Ce roman graphique tente de répondre à la question. La journaliste Roya Karimi a été autorisée à interviewer le tueur araignée dans la prison, avant sa condamnation. Elle le rencontre avec un cameraman et cherche à comprendre ce qui l’a conduit à ces gestes extrêmes. Puis nous voyons l’interview de la femme du tueur.

C’est un arrêt sur image de la condition de vie en Iran dans un état autoritaire, dans une ville où le fondamentalisme religieux régit la vie quotidienne.

J’ai beaucoup apprécié la force de cette BD. L’attitude, le maintien des personnes, les gros plans, les zooms avant ou arrière nous donnent des vues d’ensemble ou nous plonge au cœur de l’histoire. Et on voit peu à peu l’étau se resserrer au fur et à mesure que l’araignée étend sa toile.