08 mai 2017

Dona Tartt, Le maitre des illusions, 720 pages, Pocket.

J’ai découvert Dona Tartt il y a quelques semaines avec son roman Le Chardonneret, et des amis lecteurs m’ont alors conseillé Le maitre des illusions. Cette lecture ne fut pas de tout repos et a régulièrement occupé mon esprit lorsque je n’avais pas le livre en main. J’ai trouvé que l’histoire a été un peu longue à se mettre en route, jusqu’à environ 30 % du livre. Je lisais en sentant bien que quelque chose se mettait en place, mais sans trop comprendre ce qui allait se produire. Mais c’est justement parce que ça n’allait pas se... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 avril 2017

François Roux, Le bonheur national brut, Albin Michel, 531 pages

Paul, Tanguy, Rodolphe, Benoit. 1981. Quatre jeunes hommes, l’année du bac, quatre milieux sociaux différents, quatre tendances politiques, l’année d’une élection politique qui va cristalliser aussi bien les craintes des uns que les espoirs des autres. Paul, Tanguy, Rodolphe, Benoit, quatre parcours que nous allons suivre de l’obtention de leur bac jusqu’à 2012. Entre caractères qui s’affirment et caractères qui se cherchent, professions valorisantes ou difficultés, sexualité affirmée ou homosexualité difficilement vécue, quatre... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 avril 2017

Frédéric Viguier, Aveu de faiblesse, Albin Michel, janvier 2017

    Ce livre me permet de découvrir un auteur que je ne connaissais pas, à travers son livre, Aveu de faiblesse. Comment parler de ce titre sans trop en dire ? Il ne faut en effet surtout pas dévoiler les mécanismes qui mènent à la chute, sinon le lire n’aurait plus de raison d’être. Nord de la France. Un jeune homme de 17 ans, mal dans sa peau, est accusé du meurtre d’un voisin. Il avoue. Tout se recoupe. Comment un jeune homme peut-il en arriver là ? Le l’’là’’, où vous entraine Frédéric Viguier, c’est dans... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 mars 2017

Emile Zola, Carnets d’enquêtes, plon, 1986, 686 pages.

Quelle profusion, quelle abondance de précisions et de détails que l’on retrouve dans ses romans. Eh oui, pour préparer chacun de ses romans de la série des Rougon-Macquart, Zola accumule les repérages et les reportages sur le terrain. Les extraits sont regroupés par Henri Mitterrand et forment « une ethnographie inédite de la France » (sous-titre du recueil). Douze chapitres pour 12 scènes de vie (Les Beaux quartiers pour Pot-Bouille, Calicots pour Au Bonheur des Dames, Les cocottes pour Nana…). Zola n’est pas qu’un... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mars 2017

Dona Tartt, Le chardonneret, Pocket 1296 pages.

    Le chardonneret est un tout petit tableau de Fabritius, maitre hollandais. Il était exposé au MET de New-York, et attirait les regards de la mère de Théo. Il la passionnait, l’hypnotisait. Théo vient d’être renvoyé de son école. Il reste un peu de temps avant le rendez-vous à l’école ce matin, alors mère et fils vont admirer les peintures au musée. Lorsque sa mère retourne devant ce petit tableau, une explosion se fait entendre. Un attentat qui balaie tout sur son passage. Les  œuvres, les visiteurs, et la mère... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 mars 2017

Jean-Christophe Rufin, Globalia, Gallimard, 498 pages.

Baïkal recherchait la liberté, on lui a donné l’exil. Baïkal est un jeune homme hardi, à l’esprit rebelle, considéré comme asocial…du moins selon les normes de Globalia. Et si on ne peut pas ranger les gens dans des cases bien définies, on est surveillé constamment. Globalia est ne cité-monde où la démocratie est poussée à l’extrême. Les habitants de Globalia vivent dans leur bulle, au sens propre comme au figuré. AU sens propre car un gigantesque dôme de verre recouvre les zones protégées. Au sens figuré car tout est contrôlé,... [Lire la suite]

08 mars 2017

Coup de gueule et compte-rendu de lecture, Malala Yousafzai.

« Prenons nos livres et nos stylos, ai-je dit. Ce sont nos armes les plus puissantes. Un enfant, un professeur, n livre et un stylo peuvent changer le monde ». MALALA YOUSAFZAI. Habituellement, je me contente d’un sage compte-rendu de mes lectures. J’en ai encore quelques-uns en attente, que je vais semer de-ci, de-là, au grée de mon temps libre et de mes humeurs. Oui, j’ai mes humeurs, moi aussi, et aujourd’hui, elles ne sont pas au beau-fixe. Depuis ce matin, tout se mange à la sauce ‘’Journée de la femme’’. Les... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 février 2017

Geneviève Brisac, Vie de ma voisine, grasset, 173 p, MC Babelio.

  Voici un livre beau et touchant que nous propose ici Geneviève Brisac. Alors qu’elle vient de déménager, l’auteur croise Eugénie, sa voisine, une vieille dame. Elle souhaite lui parler de Charlotte Delbo, ancienne déportée de Ravensbrück. Parler des autres pour ne pas parler d’elle, c’est l’un des points communs entre Jenny et Geneviève Brisac. Et l’auteur nous emporte dans la conversation de ces deux voisines. L’une raconte, l’autre écrit, mais les deux à leur manière témoignent. Et l’ensemble des événements racontés,... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 février 2017

Grégoire Delacourt, Danser au bord de l’abîme, JC Lattes.

  A quoi tient une vie de famille ? Une corde raide sur laquelle on essaie de se tenir en équilibre, pour ne pas sombrer d’un côté dans la morne routine, de l’autre dans l’excès qui ferait tout voler en éclat. Bref, danser au bord de l’abîme, avoir la tentation de franchir le pas…ou pas. Et quel pas, celui que franchit Emmanuelle. Un regard, et c’est le grain de sable…Et pourtant, elle aime son mari, ses enfants…Mais c’est la quête du désir, pour elle… Grégoire Delacourt se met à nouveau dans la peau d’une femme qui... [Lire la suite]
30 décembre 2016

Markus Malte, le garçon, Zulma, 535 pages.

  La plume de Markus Malte nous porte et nous accompagnons le garçon depuis son adolescence et tout au long de sa vie. Un jeune étrange, que ce garçon, né d’une mère marginale, vivant dans une ferme isolée à l’écart de toute civilisation. Jusqu’à la mort de sa mère, jamais le garçon n’a vu un autre être humain. Une vie quasi animale. Sans parole. Et puis, à la mort de sa mère, il ne résiste pas à la pulsion, il part, par les bois et les chemins. A pied, il découvre le monde, de nuit, puis de jour, se confrontant de plus en... [Lire la suite]