28 novembre 2016

Antoine Rault, La danse des vivants, Albin Michel, 496 pages.

  Addictif. On s’attache à ce personnage, on voudrait ne pas le quitter, surtout que nous, lecteur, nous savons sur son identité des choses que lui-même ignore, ce qui le rend plus attachant. Deux aspects sont intéressants ici. Le cas individuel, celui d’un jeune homme amnésique (victime d’obusite, selon les médecins français), qui a passé avant l’armistice pour un simulateur avant d’être enrôlé pour un autre rôle au service de l’Etat. Alsacien, polyglotte sans passé. L’Histoire, qui se fait sous nos yeux, la rencontre... [Lire la suite]

22 novembre 2016

Laurent Mauvignier, Continuer, Les éditions de minuit, 240 pages.

  Quelle belle lecture qui nous dépayse et nous transporte au Kirghizistan pour un périple non sans risque mais salvateur. Sibylle a eu la garde de son fils adolescent lors de son divorce ? Elle le voit dériver, perdre pied. Quel traitement de choc pour le remettre sur le droit chemin ? Un internat catholique, comme le suggère le père ? NON ! Trois mois à cheval, mère-fils, à travers le Kirghizistan. Un beau roman d’introspection, dans lequel on voit le combat intérieur du jeune homme. Laurent... [Lire la suite]
18 novembre 2016

David Lelait-Helo, D’entre les pierres, pocket, octobre 2016, première édition, 2014.

  Selon l’écrivain franco-marocain Fouad Laroui, « on ne peut écrire de romans sans y mettre l’histoire ». Et c’est ce que fait David Lelait-Hélo dans D’entre les pierres, un roman qui m’a beaucoup touchée. Et pour transmettre l’Histoire, il faut un témoin. Au 38 de la Calle del Primer Dia, habite, vit, respire, pense ce témoin qui a des générations d’histoire à transmettre.  Car elle est bien vivante, la maison de Soledad Salvador, elle a une âme, elle écoute, elle protège. Soledad Salvador, 17 ans, commence... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 novembre 2016

Audur Ava Olafsdottir, Zulma 2010, 333 p.

Enfin un peu de sérénité à la sortie d’une lecture. Rosa Candida est un livre qu’on prend le temps de lire, tranquillement, lentement, on plonge dans la douceur du récit et de l’histoire. Arnoljotir est un jeune homme de vingt-deux ans, père accidentel d’une fillette de six mois au début du roman. Il cherche sa voie, passionné de jardin et surtout des roses à huit pétales, les Rosa Candida. Candide comme lui, qui découvre la vie et s’interroge sur son avenir. Alors, il part, sur le continent, on ne saura pas où précisément. Un... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 octobre 2016

Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah, Galliamrd, 522p, 2013.

  Traduit de l’anglais par Anne Damour. Littérature nigériane.   Une lecture de plus sur un parcours de migration, mais une lecture qui surpasse largement ce que j’ai pu lire  récemment sur le sujet. Ifemelu a décidé de rentrer au pays, le Nigeria, après quinze ans passés aux Etats-Unis. Elle devient  une americanah (migrant vers l’Amérique qui rentre au pays).  Alors, pour rentrer, elle va dans un salon de coiffure se faire tresser les cheveux. 6 heures sont nécessaires pour l’ensemble de la tâte, c’est... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 octobre 2016

Oscar Lalo, Les contes défaits, Belfont, août 2016. RL 2016. 217 pages.

Oscar Lalo, Les contes défaits, Belfont, août 2016. RL 2016.  217 pages. Un choc auquel je ne m’attendais pas, ce livre ! Une bonne surprise, en ce sens, bien qu’éprouvante. Je m’intéresse aux réécritures, réinventions, revisites des contes. Et avec ce titre, je pensais avoir trouvé ce qu’il me fallait. Les premières lignes de la quatrième de couverture semblaient aller dans ce sens. « Peau d’âme, noire neige, le petit poussé…Il était zéro fois… c’est ainsi que commencent les contes défaits ». Pour comprendre... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2016

Erik Orsenna, Mali ô Mali, livre de poche.

La truculence, la verve, le bagout, madame Ba Marguerite est de retour ! Nous avions fait sa connaissance, il y a maintenant une dizaine d’années. Elle sa battait avec le formulaire de demande de visa de l’administration française. Chaque ligne était pour elle l’occasion de pester contre la sécheresse administrative et de là, partir sur les traces de sa famille, de sa culture, de son identité de femme africaine haute en couleur. Elle l’a eu, son visa, preuve à l’appui avec le courrier de Jacques Chirac reproduit au début de ce... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 octobre 2016

Sandor Marai, Les Braises, livre de poche, (Albin Michel). 218 pages

  Lorsqu’un livre vous ouvre grand ses pages dès les premières lignes et que l’on plonge dans une époque, au milieu de personnages et de vies fortes, quand dès les premières pages on s’échappe dans un autre pays, une autre époque, on se dit que ce livre nous promet de bons moments de lecture. Et Les Braises de Sandor Marai a tenu toutes ses promesses. En compagnie du vieux général, nous remontons quarante et un ans et quarante trois jours en arrière. Qu’a-t-il bien pu se passer à cette époque entre le fils de l’officier de la... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2016

Gaël Faye, Petit Pays, Grasset, 216 pages

  Voici un premier roman d’un artiste multifacette qui mérite bien son prix (Fnac 2016). Gaby vit au Burundi, entre un père français et une mère rwandaise. Au début du roman, chacun est rwandais, burundais, ou zaïrois. Gaby est tenu par son père à l’écart de l’actualité politique et des soubresauts de l’histoire. Mais on sent les tensions latentes, de plus en plus vives. La perception de la population change. Ce n’est plus la nationalité qui est prise en compte, mais l’ethnie. Gaby prend alors conscience qu’il... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 septembre 2016

David Lelait-Hélo, Poussière d'homme, Pocket, 127 pages.

David Lelait-Helo doit venir dans quelques semaines en dédicace dans la librairie que je fréquente assidument. Je ne le connaissais pas. Mon libraire m'a alors conseillé Poussière d'homme. Je l'ai lu d'une traite en une soirée, avec les yeux qui clignotent. Probablement une poussière dans l'oeil. Le kleenex fut indispensable. Poussière d'homme est un magnifique roman d'amour autobiographique, hommage à l'être aimé trop tôt disparu, emporté par la maladie. Cela a fait écho en moi, m'a oppressé, m'a bouleversé. Pour avoir été... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,