12 août 2016

Bergsveinn Birgisson, Lettre à Helga, point, 2015, 125p.

Merveilleuse lettre d’amour d’un vieil homme à une femme qu’il a passionnément aimé à une époque de sa vie, et qu’il n’a jamais pu se résoudre à oublier. Helga est le fil conducteur, le destinataire de cette lettre, mais n’occupe pas pour autant le centre du roman. Son auteur non plus, d’ailleurs,  curieusement, non, c’est l’Islande rurale, , rude, qui forge les hommes, leur caractère, leur vie, leur mort. C’est pour cette Islande puissante et majestueuse qu’il est ‘’celui qui n’est pas parti, celui qui a préféré croupir dans... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 août 2016

Alain Baraton, L'amour au jardin, livre de poche, 158 pages.

Livre érudit autant que savoureux puisqu’il parle d’amour et de sexe. Alain Baraton le dit lui-même, « Voilà de quoi apaiser mes inquiétudes, je suis un homme heureux et décomplexé car, si je vois du sexe partout, c’est qu’il est partout, j’en suis persuadé ». Cela me rassure, je ne suis donc pas obsédée,  mes observations nombreuses et multiples de mon jardin vont dans ce sens. Les jardiniers seraient-ils fort porter sur la Chose ? Si Saint Fiacre est le saint patron des jardiniers, c’est tout de même Priape... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 août 2016

Tracy Chevalier, A l'orée du verger, Editions de la Table Ronde, 320 pages, 2016.

1838. Une famille tente de faire pousser des pommes dans l’Ohio. Le climat et les sols sont ingrats. Les fièvres déciment la famille. L’alcool brise les liens. Dure vie de labeur et de mort. Un drame. Le jeune fils prend la route. Vers l’ouest. Fuir. Jusqu’à la mer parce qu’il ne peut pas aller au-delà, ne sachant pas nager. Il exerce de multiples petits boulots, et rencontre quelques personnes qui lui mettent le pied à l’étrier. Quelques femmes et un homme auxquels se raccrocher, pour une nouvelle vie ? Un fil conducteur, la... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juillet 2016

Sorj Chalandon, La légende de nos pères, Grasset, 253 p.

« A l’enterrement de mon père, il y avait neuf personnes et trois drapeaux » (incipit).  Il ne l’a pas questionné de son vivant, il savait peu de choses. Parce que ces hommes de l’ombre ne sont pas causant. Il ne lui reste plus qu’à construire la légende de son père. Comment ? En entrant en biographie. Le narrateur devient biographe familial. Les familles voulant laisser un témoignage, une postérité, une trace venait lui raconter leur vie ou un épisode, et lui mettait en forme, embellissait le texte, le rendait... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juillet 2016

Karine giebel, Meurtres pour rédemption, pocket, 989 pages.

Il y a certains livres  qu’on a du mal à finir. On les repose pour ne pas les quitter ou parce qu’on a peur pour les personnages. Meurtres pour rédemption fait parti de ceux-là. L’univers carcéral féminin est le fond dans lequel évolue Marianne, 21 ans, meurtrière surentrainée que rien n’arrête quand la pression sous le couvercle de la marmite est trop forte. Comment un petit bout de femme de 45 kg peut-elle faire tant de ravage ? Quel est son moteur ? L’action change de cap quand on lui propose un marché en échange... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 juin 2016

Karine Giébel, De force, Belfond, 521 pages

Suspens, enquête psychologique, les termes sont adéquats pour qualifier ce roman, dernier né de Karine Giébel. Certains disent que ce roman n’a pas la force de Meurtres pour rédemption, que je viens tout juste d’attaquer, je ne peux donc pas encore juger, mais je peux vous assurer qu’il m’a néanmoins transporté. Habituellement, je résume le début de l’ouvrage, mais là, je dois m’en abstenir,  car un esprit habitué aux thrillers risquerait de faire le lien  trop vite entre les différents éléments. Sachez qu’on plonge... [Lire la suite]

02 juin 2016

Sorj Chalandon, Mon traitre, epub

Il y  a quelques semaines, j’ai lu Retour à Killybegs, de Chalandon.  Je faisais alors connaissance avec Tyrone Meehan, au parcours si singulier au sein de l’IRA. Adulé puis haït, héros puis salaud. Pourquoi parler de ce roman ici ? Parce que dans Mon traitre, nous retrouvons Meehan, son parcours, cette fois d’un point de vue externe à l’Irlande. Le narrateur est Le français, Tony, luthier parisien admiratif de l’Irlande et de ses Républicain. Enfin, pas de tous. De ceux qu’il a connus et côtoyés lors d’un de ses... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mai 2016

Grangé, Congo Requiem, Albin Michel, 726 pages

Dans le premier volet  de cette histoire, Lontano, je m’étais permis une familiarité de langage, en écrivant, « Putain quelle famille ! ». Cette expression m’était venue spontanément en refermant le livre. Elle est toujours valable dans la suite, Congo Requiem, aussi forte, aussi trépidante, d’autant plus forte que c’est l’heure des révélations pour Erwan, le flic de la famille Morvan. Nous avions compris qu’une partie de l’histoire de la famille s’était déroulée quarante ans plus tôt au Congo, à Lontano. Erwan... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 mai 2016

Luis Sepulveda, Le monde du bout du monde, seuil.

Découvert  il y a peu avec Le vieux qui lisait des romans d’amour, je continue d’apprécier cet auteur avec Le monde du bout du monde. Apprécier, que dis-je ? J’adore ! Lecture facile, qui nous porte, mais derrière cette fausse légèreté se cache une grande profondeur de réflexion. Après la déforestation de l’Amazonie dans ma précédente lecture, nous voici dans la dénonciation de la chasse à la baleine au large de la Patagonie, le monde du bout du monde. Après avoir parcouru par voie de terre et par mer  dans son... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2016

Jeanne Benameur, Otages intimes, Acte Sud, 192 p.

  « Il a de la chance, il est vivant, il rentre » Etienne, journaliste photographe  est otage on ne sait où , d’on ne sait qui, dans n’importe quel pays en conflit aujourd’hui. Il s’est arrêté sur un trottoir, un peu trop longtemps, des hommes l’ont enlevé.  Les yeux bandés, confiné, avec une seule idée, faire le mort, se blinder, se préparer au pire. Et puis, un beau jour, les yeux bandés toujours, il est dirigé vers un avion, une vois lui annonce qu’il est libre. Libre. Il ne veut pas y croire. Il... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,