06 novembre 2017

Laetitia Colombani, La Tresse, Grasset, 222 pages

  Voici un roman dont j’avais beaucoup entendu parler  ces derniers mois, sans avoir encore pris la peine de le lire. Et voilà qu’une collègue me l’apporte sur un plateau. Belle lecture effectivement, une écriture simple, une lecture facile et rapide mais une belle histoire tressée et assemblée brin par brin. La métaphore filée est facile, mais l’auteur nous tend la perche ! En exergue, la définition d’une tresse. N.f. Assemblage de trois mèches, de trois brins entrelacés. Trois brins de l’histoire. Julia, en... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 octobre 2017

Erik Orsenna, La Fontaine,Une 'école buissonnière, Sock, 206 pages

J’aime habituellement les romans et les essais d’Erik Orsenna, qui fait œuvre de vulgarisation, toujours bien écrite. On peut vulgariser sans s’abaisser, pour élever le lecteur et le nourrir. La nourriture, cette fois, je ne l’ai pas trouvé, je suis restée sur ma faim. Orsenna s’attaque ici à La Fontaine, peut-être l’auteur le plus connu de tous les français. Qui n’a pas appris, qui ne connait au moins une fable de notre Jean national ?Mais ici, rien de neuf, des généralités lisibles partout, des digressions (très nombreuses),... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 septembre 2017

Cormac McCarthy, Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme

  Si, en vous baladant dans le désert texan pour chasser l’antilope vous tombez sur une sacoche contenant des coupures de billets pour un montant de 2,4 millions de dollars, vous prendriez la sacoche, non ? Vous laisseriez la drogue qui se trouve toujours dans le coffre, non, vous ne voulez pas vous embêtez avec, trop risqué, et puis une petite voix vous dit que vous ne voulez pas vendre la mort. Mais des liasses de liquide ! Mais surtout, ne faites pas comme Moss, rentrez chez vous et ne revenez surtout pas sur les... [Lire la suite]
28 août 2017

Victor Hugo, Bug Jargal, Gallimard, 272 pages.

Voici la première œuvre de Victor Hugo, même si elle fut retravaillée quelques années plus tard pour sa publication. Cela se sent, ce n’est pas encore le grand Hugo, mais c’est déjà de la belle littérature ! Roman, romance, Histoire, ce livre nous emmène à Saint Domingue au moment de la révolte des esclaves. Léopold d’Auverney est un capitaine qui, un soir, au camp, raconte son histoire à ses camarades. Ce qui fait ce qu’il est devenu, cet homme seul, qui semble se battre uniquement pour aller au devant de la mort. Cet... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 août 2017

Gabriel Garcia Marquez, L’amour au temps du choléra, lp, 443 pages

Probablement l’une des plus longues histoires d’amour de la littérature ! Une femme, Fermina, devient veuve au début du roman après 50 ans de mariage avec le Dr Juvénal Urbino. Dès le jour suivant, durant la veillée, se manifeste Florentino qui lui avait juré, cinquante ans plus tôt, un amour éternel. De ce point de départ, nous remontons alors le temps. La jeunesse de Fermina, celle de Florentino, puis celle du jeune et brillant docteur. Leur vie évolue en parallèle, leur route se croise plus d’une fois. Le jeune évincé ne... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 août 2017

Frédéric Gros, Désobéir, Albin Michel, 2017, 220 pages.

  Aujourd’hui, de nombreuses circonstances devraient nous amener à nous révolter : l’accentuation des injustices sociales, la dégradation progressive de notre environnement, et « ce qu’on appelle le ‘’capitalisme’’ diffus » qui enveloppe les deux précédents. Alors, pourquoi laisser faire, pourquoi ne pas désobéir ? Frédéric Gros va poser la question de la désobéissance à la lumière de ce qu’est l’obéissance. Il ne va donc pas aborder les mouvements sociaux d’opposition qui font entendre leur voix, mais va... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 août 2017

Camilo Jose Cela, La famille de Pascal Duarte, point, 199, 145 pages.

Voici un auteur qui m’était totalement inconnu, découvert grâce au prêt d’une collègue pour la durée des vacances. Camilo José Cela a publié La famille de Pascal Duarte en 1942 en Espagne, provoquant un scandale au moment de sa publication. L’auteur devient prix Nobel de littérature en 1983. La famille de Pascal Duarte est le roman de la fatalité qui poursuit un homme depuis sa naissance.  Un homme que, à la fin de sa vie, ‘’la plupart des gens considère comme une hyène, mais qui n’est au fond qu’un doux mouton poursuivi et... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 juillet 2017

Simone Veil, Les hommes aussi s’en souviennent, une loi pour l’histoire, stock, 112 pages.

P5 à 41 : Intégrale du discours de Simone Veil au parlement le 26 novembre 1974, publié pour la première fois dans cette édition en 2004, trente après avoir été prononcé. Un grand avantage : ce texte intégral permet de suivre la pensée de Madame Veil, alors ministre de la santé. Elle avait bien conscience des enjeux de cette réforme de la législation sur l’avortement et du tollé que cela allait soulever. Alors, elle pose les cadres, elle structure, elle explique. Comment jongler avec toutes les tendances, comment faire... [Lire la suite]
27 juillet 2017

Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique Gallimard, 1972, 373 pages

Qu’advient-il à un homme, sans autrui, sur une île déserte ? Au moment où Tournier faisaient des études d’ethnologie, le Robinson Crusoé de Daniel Defoe ressort alors en poche. Il l’a lu, en ayant en mémoire tout ce qu’il a appris dans ses cours : le langage, la notion de sauvage, de civilisé. Il décida alors de faire un nouveau Robinson, en prenant en compte les acquis de l’ethnographie. Dans ces deux histoires, des points communs : le naufrage lors d’une tempête, un survivant solitaire, l’élaboration d’un nouveau... [Lire la suite]
24 juillet 2017

Victor Hugo, Han d’Islande, folio classique, 576 pages.

J’ai récemment décidé que les œuvres de Victor Hugo seraient mon fil conducteur de mes lectures estivales. Et j’ai décidé de commencé par des œuvres qui sont pour moi moins connues. Ma première lecture est donc Han d’Islande. Roman historique, roman du pouvoir, roman d’aventure, roman d’amour, vous trouverez tout ce que vous voulez dans Han d’Islande. Norvège, XVIIes. Ethel, jeune fille innocente, partage la captivité de son père enfermé par son opposant qui l’accuse de meurtre. Trahison, complot, les hommes de pouvoir paraissent... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,