30 novembre 2016

David Lelait-Helo, Sur l’épaule de la nuit, Pocket, 2013

Une citation de Zweig est en exergue de ce roman de David Lelait-Hélo intitulé Sur l’épaule de la nuit, mais que j’aurai bien vu s’appeler Vingt quatre heure dans la vie d’une femme. Vingt quatre heure de bonheur, vingt quatre heures qui constituent un tournant après lequel rien ne pourra plus jamais être pareil, jusqu’à la compréhension de l’événement. Mais comment le savons-nous ? La narratrice est une vieille dame aux cheveux de neige, au corps noué comme l’écorce nue, elle est une vieille, une vieille d’âme à l’âge à... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 novembre 2016

Antoine Bellon Ada, Gallimard, 368 pages

  Lecteurs, indignez-vous ! On vous trompe depuis des années ! Vous croyez lire des livres écrits par des hommes et des femmes passionnés ? Alors, comment expliquez-vous la prolifération des livres aux rentées littéraires ? Comment une telle érudition du précédent Goncourt était-elle possible ? Vous ne comprenez pas ? Mais parce que ce sont des intelligences artificielles qui font le travail ! Ecrire des livres selon le genre,  et le public souhaité, des articles de presse dramatiques... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 novembre 2016

Tonino Benaquista, Romanesque, Gallimard, 240 pages.

  Les mariés malgré eux, création théatrale du début du XIXe siècle (si on tient compte de la vir du vrai Charles Knight) est toujours joué au XXes au Chicago Theater. Les amants en fuite ne peuvent pas ne pas s’arrêter pour la voir, interrompant leur cabale vers le Canada. En cavale, mais que leur reproche-t-on ? Cela dépend en fait jusqu’à quand on remonte dans le temps. Le temps : une donnée clé dans ce roman, qui nous plonge au cœur du Moyen-âge. Un braconnier et une glaneuse s’aiment d’un amour inconditionnel.... [Lire la suite]
14 novembre 2016

Impressions de lecture.

Un livre peut faire remonter des bouffées de souvenirs au visage. Des choses qu’on pensait sans importance. Et puis, on s’interroge. C’est ce que provoque ma lecture d’Entre les pierres de David Lelait-Helo. Dans ce roman (que je n’ai pas fini, donc vous n’en n’aurez pas le CR aujourd’hui), la maison pense et vit. Elle connait les moindres secrets de ses propriétaires successifs. Je me suis alors souvenu de la maison de mon enfance, datant de l’entre deux guerre. Accolée à cette maison, et communiquant par la cave et la remise, il... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 novembre 2016

Fouad Laroui, Une année chez les français, pocket, 287 pages

Une lecture agréable, qui fait sourire par moment, mais qui m’a laissé un peu sur ma faim. Mehdi est un gamin de l’Atlas marocain passionné de lecture, qui parvient, grâce à l’instituteur de son village à obtenir une bourse de l’Etat français et à entrer au lycée Lyautey de Casablanca. Et là, c’est le choc. ET les cliché. Complètement perdu les premiers jours, Mehdi doit s’adapter, s’adapte et réussi. Mais ce qui nous intéresse dans ce livre, c’est le regard qu’il pose sur le lycée, son fonctionnement, son personnel, ses camarades... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 novembre 2016

Dominique Moncond’hui, Petite histoire de la caricature de presse en 40 images, folio plus classique, 2015

  Petite mais riche anthologie de la caricature de presse. Dans une première partie, l’auteur rassemble et explique des caricatures qui ont marqué l’histoire depuis la Révolution Française à nos jours. Titre, date de publication, contexte ( sans lequel les caricatures ne se comprendraient pas) et explication de l’image. Dans une seconde partie, un dossier pédagogique retraçant l’histoire de la caricature, l’origine de la satire, l’apparence, la presse satirique en France, la technique. 80 pages indispensables pour tout... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 novembre 2016

Ogawa Ito, Le jardin arc-en ciel, Plilippe Picquier, 296 pages,

Traduit du japonais par Myriam Dartois Ako. Comment dire…grande déception pour ce roman, alors que le précédent, Le  restaurant de l’amour retrouvé, avait été un véritable coup de cœur. Il m’a fallu attendre plus des trois quart du roman pour que les émotions prennent le dessus et que les personnages gagnent en sentiment. Izumi et Chiyoko forment un couple atypique, qui a du mal à s’accepter et à supporter le regard des autres. Leur parcours a de quoi attirer dans ce pays qui oscille entre tradition et modernité, surtout... [Lire la suite]
30 octobre 2016

Sara Novic, La jeune fille et la guerre, Fayard littérature étrangère, 2016, 315 pages

  Traduit de l’anglais (EU) par Tom Todd.   Zaghreb, Yougoslavie. La petite Ana va chercher des cigarettes pour Petar, un ami de la famille. Pour la première fois, le buraliste demande : ‘’  « Tu veux des cigarettes serbes ou croates ? ». la façon dont il avait prononcé les mots serbes et croates n’était pas naturelle’’. La guerre venait d’entrer dans la vie d’Ana et de ses proches. Bientôt commence les raids aériens, les contrôles d’identité, les massacres. Rahella, la petite sœur... [Lire la suite]
28 octobre 2016

Elizabeth George, Un goût de cendres, Presses de la Cité, 1994.

  Titre original: Playing for the Ashes. Traduction de Dominique Wattwiller.   Un jour en matinée, un livreur de lait découvre les traces d’un incendie dans une propriété dans laquelle il livre  le lait quotidiennement. La police prévenue découvre un corps mort par asphyxie. C’est le premier livre de cette auteure que je termine, je ne connais donc pas ses personnages récurrents. L’inspecteur Linley et le sergent Barbara Havers enquêtes alors dans un monde très varié. Le mort n’est pas celui que craignait le... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 octobre 2016

René Maran, Batouala, Magnard lycée

  Premier livre écrit par un noir à recevoir le Goncourt du premier roman (1921), premier livre présentant la France dans son rôle de colonisateur, mais dans un rôle secondaire, le premier rôle est tenu par des noirs. Quel scandale dans la France coloniale des années 20 ! Littérature de la négritude qui n’en est encore qu’à ses balbutiements, ce livre nous montre le choc des cultures dans un rôle inversé de ce qu’on voit habituellement.  Il ouvre la porte à bien d’autres livres d’auteurs renommés qui vont dénoncés la... [Lire la suite]