24 septembre 2016

Stéphane Haskell, Respire, Michel Lafon, 255 pages, avril 2016.

Respirer pour vivre, nous le faisons tous, mais mal la plupart du temps. Qui sait vraiment respirer pour vivre ? Certainement pas Stéphane Haskell au début de ce livre témoignage. Stéphane, la quarantaine, ex-alcoolique, est soudain victime d’un écrasement de la moelle épinière, problème connu sous le nom de ‘’syndrome de la queue de cheval ‘’. Il sort de son opération presque handicapé, ne pouvant faire plus d’une centaine de mètres avec ses béquilles, les souffrances ne le quittant jamais. Retour chez sa mère, accro... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 septembre 2016

Niels Labuzan, Cartographie de l’oubli, Jean-Claude Lattès, 516 pages, RL 516 pages.

  « ça n’a pas commencé en 1933, c’est ce que je sais », comprend le narrateur, de père allemand et de mère namibienne. Le jeune homme qui parle ainsi est arrivé sur les lieux le premier à Okahandja, pour la commémoration du centenaire, en présence de l’ambassadeur. « Tu, caché, enterré, il explose aux yeux de tous ». Quoi ? Le génocide, enfin reconnu, de la population Herero. Et c’est ce qui intéresse notre narrateur, sur les traces de son passé de métis, de ses racines namibiennes. Qui était sa... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
20 septembre 2016

Imbolo Mbue, Voici Venir les rêveurs, Belfond, 2016

  Ah,  l’Amérique, les Etats-unis, une destination qui fait rêver bien des migrants de toutes origines ! Jenda Jonga en a rêvé, il l’a fait. Il y est allé, il a fait venir sa femme, son fils. Habiter un logement délabré dans Harlem mais avoir un bon travail, de quoi payer les études de sa femme Neni qui veut devenir pharmacienne. Mais Jende a menti pour avoir son poste. Il est sans papier. Il doit vivre sans faire de remous. Mais les remous vont venir à lui à travers la crise des subprimes qui est en train... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2016

Alain Mabanckou, Le monde est mon langage, Grasset, 320 pages

Alain Mabanckou est un écrivain monde qui jongle entre romans, essais, autobiographies, toujours avec une langue riche et colorée adaptée à la nature de ses écrits. Comment définir Le monde est mon langage , son dernier titre ? Un essai ? Pourquoi pas, puisqu’il s’agit d’une réflexion sur les auteurs qui ont contribuer à construire ce qu’il est. Une autobiographie ? Pourquoi pas, une autobiographie curieuse à travers les autres, qui dresse un portrait de l’auteur à travers ce qu’il lit,  l’ analyses ... [Lire la suite]
06 septembre 2016

Jean-Michel Guénassia, La valse des arbres et du ciel. Albin Michel, 298 pages

La peinture a inspiré bien des  auteurs. Et entrer dans la vie d’un peintre ou d’une époque par un tableau ou une œuvre peut  être un point de départ intéressant, une manière d’élargir l’horizon de l’œuvre. On part de ce qui est connu de l’œuvre, de l’artiste, et la fiction permet de combler les lacunes, de résoudre les énigmes apportées par le réel. On appelle cela de l’exofiction, et ce livre de Jean-Michel Guénassia en est un exemple. Le postulat de départ me plaisait donc, pour apporter un autre regard  sur la... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 septembre 2016

Erik Orsenna, Madame Bâ, 507 pages, livre de poche.

  Madame Bâ , intermédiaire entre l’Afrique et la France, Madame Bâ, vecteur pour une prise de conscience des relations parfois incongrues ou difficile entre la France et ses colonies africaines, Madame Bâ, qui prend prétexte du formulaire 13-0021 pour nous raconter sa vie et l’Afrque.   Madame Bâ veut faire une demande de visa pour la France, pour retrouver son petit-fils, évaporé après avoir répondu présent aux sirènes  des recruteurs du football français. Mais comment faire entrer dans un formulaire... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 septembre 2016

Eric Faye, Eclipses japonaise, seuil, 229 pages.

Un beau roman sur un pan méconnu (de moi) de l’histoire entre le Japon et la Corée . Entre la fin des années 60 et le courant des années 70, des japonais, une fille d’Europe de l’est, une orientale, un américain disparaissent mystérieusement sans laisser de trace. Pas de corps, pas de suicide, pas de demande de rançon. Aucune trace, aucune piste. ‘ Caché par les dieux ‘ est l’expression alors utilisée. Evaporé. Nous suivons le parcours surprenant et hors du commun de certains de ces personnages inspirés de vraies... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 août 2016

Amélie Nothomb, Riquet à la Houppe, Albin Michel, 188p, RL 2016.

Voici un bon cru de cette auteure belge dont la production, très prolifique, n’est pas toujours du même niveau. Là, j’ai été touchée par les deux personnages qui sont des relectures contemporaines du conte Riquet à la Houppe. Dans notre monde si formaté par l’image et le diktat de l’apparence, dans cette absolue de perfection, les deux personnages dénotent.  Déodat trop laid à l’intelligence développée, Trémière, trop belle à l’intelligence trop particulière, tous les deux échappent au commun et sont donc voués à la solitude.... [Lire la suite]
24 août 2016

Ondine Kayat, Les petits bonheurs, Michel Lafont, 282 pages.

  Léonce est un hérisson, elle dresse ses picots dès qu’on s’approche d’elle. QU’est-c e-qui a bien pu lui arriver pour qu’elle manque autant de confiance en elle et ne fasse confiance à personne ? Une nouvelle vie commence.  A 72 ans, Léonce est mise à la retraite d’office. IL était temps, me direz-vous ? Non,  pas pour elle, dont le travail est la seule source de considération. Alors Léonce plonge, plonge, et ne comprend pas les petits gestes autour d’elle. Mama Rose, Mimosa, Amidon, Slimane, Arsène,... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2016

Ayalet Gundar-Goshen, Une nuit Markovitch, Les presses de la cité, 476 pages

  Année 1939. Palestine. Un réseau met un place un moyen pour sauver des jeunes femmes allemandes juives. Des jeunes hommes juifs célibataires sont envoyés par bateau en Allemagne pour épouser sitôt arrivés ces demoiselles, et les ramener au pays. Dès leur retour, le divorce est prononcé, elles peuvent démarrer une nouvelle vie. Parmi ces jeunes hommes, Zeev Feinberg, à la séduisante moustache, aventureux, fuyant un mari jaloux, et son fidèle ami, Yacoov Markovitch, au physique passe-partout et que personne ne remarque. Deux... [Lire la suite]