28 mai 2017

Cécile Coulon, Trois saisons d’orage, Viviane Hamy, 265 pages.

Il y a des lieux comme ça où la nature domine, où l’homme doit l’apprivoiser et non la dompter. Les Trois gueules, village des Fontaines, deux générations de médecins. Un village qui se développe. Trois générations d’une même famille. Faut-il ouvrir le village à la ville, à la fois géographiquement si proche, et pourtant apparemment si lointain ? Faut-il faire venir des métiers variés, des spécialistes ? Faut-il lutter contre l’invasion péri-urbaine et immobilière ? La campagne contre la ville, l’Homme contre la... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2017

Pizza à ma façon

PIZZA à ma façon   Certains appelle la recette suivante ‘’pain de géorgie’’. Mais il semblerait que la vraie recette de pain de georgie n’ait pas de viande. Une chose est sûre, je referai cette version, mais en la garnissant à ma manière, selon les goûts de ma petite famille. Le principe :   Prendre une pâte à pizza ronde, l’étaler la pâte. Sur le bord, faire un ‘’cercle’’ de morceau de mozzarella, bordé de tomates séchées. Replier les bords, ce qui donnera une croute garnie et moelleuse. Pour le reste, vous... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mai 2017

Gabriel Garcia-Marquez, Cent ans de solitude, 461 pages, points.

Une semaine de lecture solitaire pour Cent ans de solitude. Un roman fleuve, une fresque d’un siècle quelque part en Amérique du sud,  à une époque que je ne parviens pas bien à dater, couper du monde, hors du temps, et pourtant très riche en personnages qui se croisent. Une difficulté majeure : rester bien concentrée pour suivre les péripéties de tous ces personnages centraux, qui appartiennent tous à la même famille, avec les mêmes prénoms. Les José, Auréliano et Arcadio  se combinent sous toutes les formes, les... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mai 2017

Antonin Varenne, Equateur, Albin Michel, 2017

Le grand périple d’un homme, Pete Ferguson, marqué dès son plus jeune âge par la violence de la vie. Pete Ferguson parcours l’Amérique, fuyant les Etats-Unis où il est successivement accusé de désertion, de vol et de meurtre, se dirigeant vers le sud, le Texas, puis la Guyane, et le Guatemala. Les rencontres sont nombreuses, pas toujours amicales, toujours rudes. Ponctuel compagnon de route des chasseurs de bisons, des indiens Comancheros…Leurs combats ne sont pas les siens, il se cherche, fuit et surtout se fuit, pour peut-être... [Lire la suite]
20 mai 2017

Fred Vargas, QUand sort la recluse, Flammarion, 10 mai 2017

Et une nouvelle enquête d’Adamsberg, Une ! Et une encore qui divise la brigade, le vent de la rébellion soufflant de la part de Danglard, qu’il va falloir rendre moins con, selon les propos du commissaire. Ami(e)s arachnophobes, abstenez-vous, car le fil conducteur de ce roman est…la recluse, une araignée présente dans le sud-est de la France. Sud-est où sont morts trois hommes âgés…des suites d’une morsure de cette recluse… Mais quelque chose a attiré l’attention d’un équipier d’Adamsberg, puis du commissaire lui-même :... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2017

Biscuit praliné

Roulé au praliné. Je me suis récemment lancée dans ce gâteau sans me rendre compte de l’ampleur de la tâche, mais j’ai réussit, et ce fut une réussite, tout le monde l’a apprécié.   Il y a certaines étapes qu’il faut anticiper. -          Le sirop qui sert à imbibé le biscuit doit être fait à l’avance pour avoir le temps d’infuser Sirop vanille-noisette : 80 gr de sucre, 60 ml d’eau, ½ gousse de vanille, 10 noisettes torréfiées. J’ai laissé noisette et vanille dans le sirop... [Lire la suite]

16 mai 2017

Poul Anderson, La main tendue, Editions du Passager Clandestin, collection Dyschroniques, 71 pages.

Cette nouvelle, parut sous le titre original The Helping Hand, date de 1950, et ce n’est pas pour rien que je rappelle sa date de sortie. Dans cette nouvelle, la terre (appelée Sol) a acquis une grande influence interplanétaire. Après la guerre qui a opposé Cundaloa et Skontar, Sol propose son aide à la reconstruction. Mais Sol n’apporte pas que son argent et son expertise…Seule Cundaloa va finalement recevoir cette manne financière... Cinquante ans plus tard, Skarrogan, ancien ambassadeur de Skontar, veut montrer qu’il a eu... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 mai 2017

Gabriel Garcia-Marquez, Cent ans de solitude, 461 pages, points.

Une semaine de lecture solitaire pour Cent ans de solitude. Un roman fleuve, une fresque d’un siècle quelque part en Amérique du sud,  à une époque que je ne parviens pas bien à dater, couper du monde, hors du temps, et pourtant très riche en personnages qui se croisent. Une difficulté majeure : rester bien concentrée pour suivre les péripéties de tous ces personnages centraux, qui appartiennent tous à la même famille, avec les mêmes prénoms. Les José, Auréliano et Arcadio  se combinent sous toutes les formes, les... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mai 2017

Philip Kerr, Pénitences, éditions du Masque, 459 p.

C’est un livre qui m’a d’abord dérouté avant de me scotcher. Je l’ai terminé tard hier soir, et trouver le sommeil après les derniers chapitres n’a pas été chose facile. Voici donc un thriller qui se déroule sur le sol américain autour de Houston, avec un cœur de l’intrigue un agent du FBI borderline. L’ouverture du roman sur les considérations existentielles de cet agent et ses réflexions sur la foi m’ont un peu pesé, mais on ne se refait pas. Intrigue. Plusieurs enquêtes se croisent. D’une part, des personnalités meurent,... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 mai 2017

James Joyce, Ulysse, traduction de Jacques Aubert, folio classique, 1659 pages.

Voici un livre qui m’a donné du fil à retordre, et pourtant, je me suis accroché. J’ai commencé ce roman tranquillement comme à mon habitude, et très vite je me suis demandée où l’auteur cherchait à nous emmener. Je ne parvenais pas à me projeter dans l’intrigue. La première remarque qui m’est venue à l’esprit est ‘’mais c’est surréaliste, ce truc !’’. Effectivement, on note un très important travail sur la langue, des créations de mots, des associations d’idées qui m’ont déroutée. J’ai alors provisoirement laissé tomber le... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,