24 août 2017

Gabriel Garcia Marquez, L’amour au temps du choléra, lp, 443 pages

Probablement l’une des plus longues histoires d’amour de la littérature ! Une femme, Fermina, devient veuve au début du roman après 50 ans de mariage avec le Dr Juvénal Urbino. Dès le jour suivant, durant la veillée, se manifeste Florentino qui lui avait juré, cinquante ans plus tôt, un amour éternel. De ce point de départ, nous remontons alors le temps. La jeunesse de Fermina, celle de Florentino, puis celle du jeune et brillant docteur. Leur vie évolue en parallèle, leur route se croise plus d’une fois. Le jeune évincé ne... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 août 2017

Le 21 juillet en Belgique????????

Fête nationale belge, journée des hortensias.   Le vendredi 21 juillet dernier, nous étions en Belgique avec pour objectif de visiter différents jardins ouverts ce jour de fête nationale. Les hortensias étaient en fête aussi ce jour là. A quoi correspond la fête nationale en Belgique ? Ont-ils leur ‘’Bastille Day’’ comme un certain président américain appelle notre fête nationale ? J’ai donc essayé de me renseigner lors du petit déjeuner pris avec l’autre famille résidente de notre chambre d’hôte.  Et là est... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 août 2017

Une question de culture…

Des petits séjours assez fréquents en Belgique m’ont permis de faire une observation. Et celle-ci s’est répétée dans de nombreuses petites villes et villages. Cela n’est évidemment pas valable dans les immeubles urbains. Quand nous arrivons en France chez quelqu’un, on sonne et on attend au portail que l’ami vienne nous ouvrir. Chaque propriété de particulier est délimitée par un mur, un muret, une barrière, un grillage, et surtout, un portail ! Ah ! Notre portail que nous tenons tous soigneusement clos !... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 août 2017

Frédéric Gros, Désobéir, Albin Michel, 2017, 220 pages.

  Aujourd’hui, de nombreuses circonstances devraient nous amener à nous révolter : l’accentuation des injustices sociales, la dégradation progressive de notre environnement, et « ce qu’on appelle le ‘’capitalisme’’ diffus » qui enveloppe les deux précédents. Alors, pourquoi laisser faire, pourquoi ne pas désobéir ? Frédéric Gros va poser la question de la désobéissance à la lumière de ce qu’est l’obéissance. Il ne va donc pas aborder les mouvements sociaux d’opposition qui font entendre leur voix, mais va... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 août 2017

Camilo Jose Cela, La famille de Pascal Duarte, point, 199, 145 pages.

Voici un auteur qui m’était totalement inconnu, découvert grâce au prêt d’une collègue pour la durée des vacances. Camilo José Cela a publié La famille de Pascal Duarte en 1942 en Espagne, provoquant un scandale au moment de sa publication. L’auteur devient prix Nobel de littérature en 1983. La famille de Pascal Duarte est le roman de la fatalité qui poursuit un homme depuis sa naissance.  Un homme que, à la fin de sa vie, ‘’la plupart des gens considère comme une hyène, mais qui n’est au fond qu’un doux mouton poursuivi et... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 août 2017

Yaa Gyasi, No home, Calmann-Lévy, 410 pages.

  Une mère commune, Maame, deux filles nées dans deux villages différents, Effia la beauté et Esi. Deux destins, deux lignées parallèles, du XVIIIes à la fin du XXes. Les chapitres fonctionnent deux par deux et nous suivons ainsi alternativement l’histoire des personnages génération après génération. Tous les deux chapitres nous passons à la génération suivante. Une branche, celle d’Esi, traverse l’Atlantique , subit l’esclavage puis la ségrégation. L’autre reste sur la Gold Coast, de bonne souche, éduquée, métissée,... [Lire la suite]

31 juillet 2017

Simone Veil, Les hommes aussi s’en souviennent, une loi pour l’histoire, stock, 112 pages.

P5 à 41 : Intégrale du discours de Simone Veil au parlement le 26 novembre 1974, publié pour la première fois dans cette édition en 2004, trente après avoir été prononcé. Un grand avantage : ce texte intégral permet de suivre la pensée de Madame Veil, alors ministre de la santé. Elle avait bien conscience des enjeux de cette réforme de la législation sur l’avortement et du tollé que cela allait soulever. Alors, elle pose les cadres, elle structure, elle explique. Comment jongler avec toutes les tendances, comment faire... [Lire la suite]
27 juillet 2017

Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique Gallimard, 1972, 373 pages

Qu’advient-il à un homme, sans autrui, sur une île déserte ? Au moment où Tournier faisaient des études d’ethnologie, le Robinson Crusoé de Daniel Defoe ressort alors en poche. Il l’a lu, en ayant en mémoire tout ce qu’il a appris dans ses cours : le langage, la notion de sauvage, de civilisé. Il décida alors de faire un nouveau Robinson, en prenant en compte les acquis de l’ethnographie. Dans ces deux histoires, des points communs : le naufrage lors d’une tempête, un survivant solitaire, l’élaboration d’un nouveau... [Lire la suite]
24 juillet 2017

Victor Hugo, Han d’Islande, folio classique, 576 pages.

J’ai récemment décidé que les œuvres de Victor Hugo seraient mon fil conducteur de mes lectures estivales. Et j’ai décidé de commencé par des œuvres qui sont pour moi moins connues. Ma première lecture est donc Han d’Islande. Roman historique, roman du pouvoir, roman d’aventure, roman d’amour, vous trouverez tout ce que vous voulez dans Han d’Islande. Norvège, XVIIes. Ethel, jeune fille innocente, partage la captivité de son père enfermé par son opposant qui l’accuse de meurtre. Trahison, complot, les hommes de pouvoir paraissent... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2017

Daniel Defoe, Robinson Crusoé, édition Carrefour, 1994, 317 pages.

Je connaissais dans les grandes lignes l’historie de Robinson Crusoé comme on connait quelques grands classiques, comme des histoires racontées, mais je ne l’avais jamais lu. L’oubli est réparé. Je ne vais pas revenir sur le détail de l’histoire de ce naufragé, homme industrieux qui ne se laisse pas abattre. Il a en effet très vite compris qu’il a désormais la vie devant lui sur cette ile déserte pour aménager son territoire. Et là, j’emploie le possessif volontairement. Première édition de ce livre : 1710. Donc début... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,