24 décembre 2015

Test culinaire 3

Cette fois, après le plat principal, je me suis lancée dans le foie gras pour l'entrée. Jusqu'à présent, j'ai toujours eu peur de me lancer dans le foie gras maison. En voici une recette simple, mi-cuit, en ballotine. J'essaierai dans quelque temps la version en terrine, pour laquelle je vous tiendrais aussi au courant de l'expérimentation. Petite précision: j'ai acheté un foie gras cuit déjà déveiné, c'est plus pratique, et au moins je ne risque pas de massacrer le produit. La recette: Mettre le foie gras dans un saladier, y... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 décembre 2015

Henri Loevenbruck, Nous rêvions juste de liberté, Flammarion.

Bécane, came, castagne. Trois mots qui pourraient résumer le choix de vie de ce groupe de jeunes dont l’histoire est ici relatée par un auteur très inspiré, mais portant dans la retenue. Le style est un peu familier pour coller à l’histoire, pour être dans le vrai, mais sans plus, et on imagine très bien un vocabulaire bien plus redoutable. Paumés, marginaux, idéalistes, en rupture de ban avec la famille, l’école, la société, Hugo et ses potes vont traverser les Etats-Unis d’Est en Ouest. Bécane, came, castagne  (et les mots... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 décembre 2015

Ben Jonson, Volpone ou le renard, L'Avant-Scène Théâtre.

Volpone est à l’article de la mort, tous ceux qui veulent hériter se précipitent, veules, avec de riches présents, dans l’espoir de se voir couché sur le testament. A l’article de la mort, Volpone ? C’est sur ce ressort que repose la comédie de mœurs et de caractère, où l’argent, la cupidité est au centre du caractère humain. Une fois la supercherie révélée se multiplient les rebondissements, chacun essayant de sauver sa peau et ses avantages économiques. Alors, que sortira vainqueur de cette guéguerre de roublardise ? ... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 décembre 2015

Daniel Kieffer, L'homme empoisonné, édition Granchier

Alors que nous recourrons souvent aux produits transformés lorsque nous faisons nos courses, loin des produits ‘’bruts’’ que les générations précédentes achetaient ou produisaient, ce livre pose à plat les composantes de ces produits. Qu’est-ce qui nous intoxique aujourd’hui ? Malheureusement, presque tout…selon la provenance, la qualité et la quantité des produits absorbés. Quelle est la raison à cela ? LA raison en est que notre corps évolue beaucoup moins vite que notre société (nous avons des estomacs de végétarien,... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 décembre 2015

Héléna Hanff, 84 Charing Cross Road, édition autrement, traduction de Marie-Anne de Kisch

Une découverte, que ce titre et cette auteure, que j'ai vu passer à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, il fallait donc que je le lise. Aussitôt pensé, aussitôt fait, et je dois bien avouer que j'ai a-do-ré. Le 05 octobre 1949, une scénariste new-yorkaise écrit à Mark & Co, librairie londonienne spécialisée dans les livres rares et épuisés. C’est le début d’une belle et longue correspondance de vingt ans entre cette américaine et la petite librairie. Cette correspondance dessine en filigrane la vie en Angleterre et... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 décembre 2015

André Salmon, Les étoiles dans l'encrier, 1952.

"L'erreur serait grosse de croire que l'on peut vivre hors du monde,  sans aimer, sans manger, sans boire plus qu'une étoile vagabonde."
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 décembre 2015

Régine Detambel, Les livres prennent soin de nous, pour une bibliothérapie collective, Acte Sud

L’être humain a besoin de récits pour vivre, nous sommes une espèce affabulatrice. Que recherchons-nous ? L’imbibition par le texte, l’infusion des signes, des mots, parfois la question du sens est même secondaire. C’est ce qui caractérise la bibliothérapie créative fondée sur les œuvres de fiction littéraire présentée par Régine Detambel. Il en existe d’autres versions, notamment des bibliothérapeutes  américains, qui estiment nécessaire la lecture d’ouvrages ‘’faciles’’ prônant ‘’ l’estime de soi par gros temps’’, ce... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 décembre 2015

Nicholas Kristof, Sheryl Wudunn, La moitié du ciel,

Un livre à mettre entre toutes les mains, partout dans le monde, pour prendre conscience, faire changer les choses. Les femmes représentent la moitié de l’humanité, mais cette moitié subit viols, exclusion, humiliation, mortalité infantile plus élevée…dans une violence ‘’sordide et routinière ‘’ selon Nicholas Kristof et Sheryl Wudunn. Ces deux grands reporters au New-York Times en ont rencontré un grand nombre et ont recueilli des témoignages de rescapés. Elles ont la force de parler, de se battre, d’agir et essaie à... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 décembre 2015

Daniel Colas, Un certains Charles Spencer Chaplin, L’avant-scène Théâtre, n° 1392.

Un peu de théâtre de temps en temps ne fait pas de mal, je poursuis donc la découverte de la collection des Avant-Scène théâtre de ma médiathèque attitrée. Qui est l’homme qui se cache derrière le personnage de vagabond que tout le monde connait sous le nom de Charlot ? Cette pièce montre le Chaplin acteur, le créateur de Charlot, le metteur en scène pointilleux et tatillon. On ne découvre pas Charlot mais Chaplin, l’homme qui n’a pas froid aux yeux, qui prend position, qui se met à dos l’Etat, Hoover et le FBI, et qui choque... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 décembre 2015

Sorj Chalandon, Profession du père, Grasset

Profession du père fut pour moi un roman perturbant. Non pas par la forme ou le style, mais par son contenu.  Je n’ai pas supporté le personnage du père et sa conduite envers son fils. Le roman s’ouvre sur la crémation du père.  Seuls son fils et sa femme son présent. Pas de cérémonie. Pas d’ami. Puis Chalandon nous entraine impitoyablement en arrière, dans l’enfance du fils, quand celui-ci a douze ans. Nous sommes dans un contexte historique particulier : c’est la fin de la guerre d’Algérie, André Choulans, le père,... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :