14 août 2017

Frédéric Gros, Désobéir, Albin Michel, 2017, 220 pages.

  Aujourd’hui, de nombreuses circonstances devraient nous amener à nous révolter : l’accentuation des injustices sociales, la dégradation progressive de notre environnement, et « ce qu’on appelle le ‘’capitalisme’’ diffus » qui enveloppe les deux précédents. Alors, pourquoi laisser faire, pourquoi ne pas désobéir ? Frédéric Gros va poser la question de la désobéissance à la lumière de ce qu’est l’obéissance. Il ne va donc pas aborder les mouvements sociaux d’opposition qui font entendre leur voix, mais va... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juillet 2017

Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique Gallimard, 1972, 373 pages

Qu’advient-il à un homme, sans autrui, sur une île déserte ? Au moment où Tournier faisaient des études d’ethnologie, le Robinson Crusoé de Daniel Defoe ressort alors en poche. Il l’a lu, en ayant en mémoire tout ce qu’il a appris dans ses cours : le langage, la notion de sauvage, de civilisé. Il décida alors de faire un nouveau Robinson, en prenant en compte les acquis de l’ethnographie. Dans ces deux histoires, des points communs : le naufrage lors d’une tempête, un survivant solitaire, l’élaboration d’un nouveau... [Lire la suite]
24 juillet 2017

Victor Hugo, Han d’Islande, folio classique, 576 pages.

J’ai récemment décidé que les œuvres de Victor Hugo seraient mon fil conducteur de mes lectures estivales. Et j’ai décidé de commencé par des œuvres qui sont pour moi moins connues. Ma première lecture est donc Han d’Islande. Roman historique, roman du pouvoir, roman d’aventure, roman d’amour, vous trouverez tout ce que vous voulez dans Han d’Islande. Norvège, XVIIes. Ethel, jeune fille innocente, partage la captivité de son père enfermé par son opposant qui l’accuse de meurtre. Trahison, complot, les hommes de pouvoir paraissent... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 avril 2017

Frédéric Viguier, Ressources inhumaines,Albin Michel, 180 p

Une histoire qui fait froid dans le dos et d’un réalisme d’actualité. La narratrice vient de se voir offrir le poste de chef de secteur textile dans le supermarché dans lequel elle travaille depuis 20 ans. Entrée comme stagiaire, elle ne connait rien au commerce et à ses stratégies. Manipulation, regard bien placé, ce qu’il faut avec qui il faut quand il faut et en quelques jours la voilà promue chef de rayon. Comme étudiante en BTS, elle se définissait en négatif par ce qu’elle n’était pas : pas de regret, pas d’amertume,... [Lire la suite]
20 avril 2017

François Roux, Tout ce dont on rêvait Albin Michel, 325 p.

Première lecture de cet auteur qui m’a beaucoup plu, je vais donc me plonger prochainement dans son précédent (et premier) roman, Le bonheur national brut. Années 90, Justine, infirmière en psychiatrie de 25 ans, se cherche, virevolte, en quête de l’Amour. Un homme, Alex, la fait vibrer, mais une vingtaine d’année plus tard, elle a deux enfants avec Nicolas, …le frère d’Alex. Comment en est-elle arrivée là ? Sur cette histoire de couple décrite sur vingt ans vient se greffer un élément perturbateur qui éclaire la société... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 avril 2017

Ian Manook, La mort nomade, Albin Michel, 429 p.

Troisième et dernier volume de la trilogie mongolienne de Ian Manook mettant en scène l’incorruptible Yeruldelger. Il a démissionné et vit en ermite shaolin dans sa yourte plantée dans le désert de Gobi. Le Gobi est un désert, certes, mais drôlement fréquenté ! Des dessinateurs français, des femmes nomades qui mettent la main sur des cadavres, des ‘’accidents’’, des sociétés minières pas regardantes du tout… Et tout ça vient d’une manière ou d’une autre graviter autour de Yeruldelger bien malgré lui. Corruption aux... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2017

Nicolas Maleski, Sous le compost, fleuve édition, 289 p.

Franck est un homme au foyer qui s’occupe de ses trois filles, de la maison et de son potager pendant que sa femme exerce son métier de vétérinaire. Plutôt maniaque et routinier, le train-train quotidien et l’isolement ne lui posent pas de problèmes. La vie suit son cours jusqu’à ce qu’il reçoive une lettre anonyme : sa femme le trompe avec son associé de la clinique vétérinaire… Comment réagir ? Enquêter ? se venger ? En parallèle de la vie conjugale, une histoire vieille de dix ans vient se télescoper avec... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mars 2017

Emile Zola, Carnets d’enquêtes, plon, 1986, 686 pages.

Quelle profusion, quelle abondance de précisions et de détails que l’on retrouve dans ses romans. Eh oui, pour préparer chacun de ses romans de la série des Rougon-Macquart, Zola accumule les repérages et les reportages sur le terrain. Les extraits sont regroupés par Henri Mitterrand et forment « une ethnographie inédite de la France » (sous-titre du recueil). Douze chapitres pour 12 scènes de vie (Les Beaux quartiers pour Pot-Bouille, Calicots pour Au Bonheur des Dames, Les cocottes pour Nana…). Zola n’est pas qu’un... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mars 2017

Aurélie Valogne, Mémé dans les orties, lp 264 pages

  Ferdinand Brun est un vieux monsieur, veuf,  bougon insupportable qui ne cherche qu’une chose : rester dans sa routine et fuir ses voisines. Et il a le malheur de se mettre à dos la concierge, Madame Suarez. Alors, œil pour œil, dent pour dent, la guerre est déclarée. Jusqu’à l’éveil du vieil homme aux sentiments. J’ai été déçue par ce roman. Il me faisait de l’œil depuis un bon moment déjà, et j’ai profité de la fin d’une lecture pesante et pas très facile pour me lancer dans ce livre que j’espérais léger. ... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mars 2017

Jean-Christophe Rufin, Globalia, Gallimard, 498 pages.

Baïkal recherchait la liberté, on lui a donné l’exil. Baïkal est un jeune homme hardi, à l’esprit rebelle, considéré comme asocial…du moins selon les normes de Globalia. Et si on ne peut pas ranger les gens dans des cases bien définies, on est surveillé constamment. Globalia est ne cité-monde où la démocratie est poussée à l’extrême. Les habitants de Globalia vivent dans leur bulle, au sens propre comme au figuré. AU sens propre car un gigantesque dôme de verre recouvre les zones protégées. Au sens figuré car tout est contrôlé,... [Lire la suite]