11 décembre 2017

Cédric Blondelot, Tolbiac Juillet, La fenêtre de Dieu. édition La Völva. 407 pages

Après lecture, j'ai eu besoin de recoller les morceaux façon puzzle pour vérifier que je n'avais pas oublier une étape dans la compréhension globale de ce qui arrive à Tolbiac Juillet. Lorsque je me lance dans un roman d'aventure, une enquête, je suis parfois désagréablement surprise par la rapidité avec laquelle je dévore le livre. Ce n'est pas seulement ou pas toujours parce que je suis emportée par les péripéties, non, c'est parce que le roman manque de consistance. Et dans Tobiac Juillet, je suis heureuse de vous annoncer que ce... [Lire la suite]

04 décembre 2017

Ian Manook, Mato Grosso, 313 pages, Albin Michel.

Je ne connais pas l'Amérique du sud, mais avec Mato Grosso, j'ai senti la moiteur et la touffeur tropicale, l'odeur forte des hommes et des femmes, la violence des soirées au Bar Internacional. Pourquoi là-bas? Parce que Haret, écrivain auteur d'un seul livre sur le Brésil, ce pays qu'il aime et qui le déchire, est appelé au Brésil par son éditeur. Mais il ne savait pas encore ce qui l'attendait à la descente de l'avion. Le roman est construit sur une mise en abyme qui permet aux lecteurs de naviguer dans le Mato Grosso à trente ans... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 novembre 2017

Eric Vuillard, L'ordre du jour, Acte Sud, 150 pages.

20/02/1933. '' Ils étaient 24, près des arbres morts de la rive, 24 pardessus noirs, marron ou cognac, 24 paires d'épaules, 24 costumes rois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet''. Opel, Krupp, Varta, Bayer, Ig Farben, Siemens, Allianz, BASF, Telefunken...Tous ces magnats de la finance et de l'industrie tous réunis AVANT les élections qui vont porter Hitler au pouvoir...TOUS au courant du projet nazi et de l'orientation qu'allait prendre le pays.L'ordre du jour d'Eric Vuillard revient sur cette réunion,... [Lire la suite]
06 novembre 2017

Laetitia Colombani, La Tresse, Grasset, 222 pages

  Voici un roman dont j’avais beaucoup entendu parler  ces derniers mois, sans avoir encore pris la peine de le lire. Et voilà qu’une collègue me l’apporte sur un plateau. Belle lecture effectivement, une écriture simple, une lecture facile et rapide mais une belle histoire tressée et assemblée brin par brin. La métaphore filée est facile, mais l’auteur nous tend la perche ! En exergue, la définition d’une tresse. N.f. Assemblage de trois mèches, de trois brins entrelacés. Trois brins de l’histoire. Julia, en... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
02 novembre 2017

Léonor de Recondo, Point Cardinal, Sabine Wespieser éditeur, 224 pages

Avertissement : Livre à ne pas mettre entre les mains des partisans de la manif’pour tous sous peine de crise cardiaque ! Nait-on toujours dans le bon sexe ? Laurent s’interroge. Marié, père de deux anfants, un emploi stable, il ne se sent pourtant pas ‘’raccord’’ avec lui-même. Quelque chose cloche. Alors, quand les pulsions sont trop fortes, Laurent court acheter de la lingerie féminine, s’habille, devient Mathilda et sort retrouver son ami Cinthia. Car Laurent le pense, le dit, puis l’affirme haut et fort quand... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 octobre 2017

Sorj Chalandon, Le jour d’avant, Grasset, 327 pages.

« Ma vie entière Liévin a été mon mot de passe, et la mort de mon frère un sauf-conduit ». p 69. Liévin, une catastrophe minière, le 27/12/1974. Michel est marqué à vie comme au fer rouge par ce coup de grisou responsable de 42[S1]  morts.  La liste est officielle, gravée dans la pierre, et le frère de Michel n’en fait pas parti, mort des suites de ses blessures trois semaines plus tard. Une catastrophe qui le brise, et qui malgré lui le servira. Par respect pour son frère. Mais pourquoi est-il si traumatisé par... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 octobre 2017

Nicolas d’Estienne d’Orves, La gloire des maudits, Albin Michel, 522 pages.

  Un nouveau ‘’tourne-page ‘’ de cet auteur découvert grâce à mon libraire il y a quelques années avec Les fidélités successives. La seconde guerre mondiale est terminée depuis 10 ans, mais est toujours gravée dans le cœur et le sang de la population française. Certains milieu ont été compromis avec l’ennemi, l’épuration a eu lieu, certains ont réussi à passer à travers, s’achetant une nouvelle virginité au prix de quelques transactions pas toujours très claires. Le milieu de l’édition et des personnes de lettres en est un... [Lire la suite]
19 octobre 2017

Erik Orsenna, La Fontaine,Une 'école buissonnière, Sock, 206 pages

J’aime habituellement les romans et les essais d’Erik Orsenna, qui fait œuvre de vulgarisation, toujours bien écrite. On peut vulgariser sans s’abaisser, pour élever le lecteur et le nourrir. La nourriture, cette fois, je ne l’ai pas trouvé, je suis restée sur ma faim. Orsenna s’attaque ici à La Fontaine, peut-être l’auteur le plus connu de tous les français. Qui n’a pas appris, qui ne connait au moins une fable de notre Jean national ?Mais ici, rien de neuf, des généralités lisibles partout, des digressions (très nombreuses),... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 août 2017

Frédéric Gros, Désobéir, Albin Michel, 2017, 220 pages.

  Aujourd’hui, de nombreuses circonstances devraient nous amener à nous révolter : l’accentuation des injustices sociales, la dégradation progressive de notre environnement, et « ce qu’on appelle le ‘’capitalisme’’ diffus » qui enveloppe les deux précédents. Alors, pourquoi laisser faire, pourquoi ne pas désobéir ? Frédéric Gros va poser la question de la désobéissance à la lumière de ce qu’est l’obéissance. Il ne va donc pas aborder les mouvements sociaux d’opposition qui font entendre leur voix, mais va... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 juillet 2017

Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique Gallimard, 1972, 373 pages

Qu’advient-il à un homme, sans autrui, sur une île déserte ? Au moment où Tournier faisaient des études d’ethnologie, le Robinson Crusoé de Daniel Defoe ressort alors en poche. Il l’a lu, en ayant en mémoire tout ce qu’il a appris dans ses cours : le langage, la notion de sauvage, de civilisé. Il décida alors de faire un nouveau Robinson, en prenant en compte les acquis de l’ethnographie. Dans ces deux histoires, des points communs : le naufrage lors d’une tempête, un survivant solitaire, l’élaboration d’un nouveau... [Lire la suite]