12 novembre 2018

Marc Trevidic, Le magasin jaune, Seuil, 316 pages

C’est le deuxième roman de l’auteur, mais le premier que je lis. Une belle histoire. Le magasin jaune vend des jouets et fait rêver. Om fait revivre le quartier. Le magasin jaune, c’est Gustave et Valentine, jeune couple amoureux, rêveur et travailleur. Leur fille Germaine, surnommée Quinze, vient bientôt agrandir la famille. Mais en même temps que l’ambiance de la famille s’assombrit, les allemands arrivent, Paris est occupé. Comment va-t-on voir passé la guerre dans le magasin jaune ?

30 octobre 2018

François Vallejo, Hôtel Waldheim, viviane Hamy, 298 pages

Encore une lecture intéressante qui m’a été conseillée il y a peu de temps. Jeff Valdera reçoit des cartes postales anonymes qui lui rappellent ces vacances adolescentes. Il a alors 16 ans et accompagne sa tante Judith un mois à l’Hôtel Waldheim, à Davos, dans les Alpes Suisses. Un hôtel qui m’a très vite fait penser à l’Hôtel Bertram, d’Agatha Christie. Vous savez, cet hôtel so british en surface…mais qui cache bien des choses… A seize ans, quand on a une haute estime de soi, on barbe vite les autres, on manque de finesse, on ne... [Lire la suite]
01 octobre 2018

Erik Orsenna, Nicolas Gilsoul, Petit précis de la mondialisation tome V, Désir de ville, éd Robert Laffont, 284 pages.

  4e de couverture : A ce jour, mars 2018, cinquante agglomérations dépassent, sur notre planète, les dix millions d’humains. Soixante-cinq millions à Hong-Kong et dans les alentours de la rivière des Perles ; trente-cinq millions pour Jakarta… D’Ores et déjà, la moitié de nos compatriotes vivent en ville. Bientôt, dans quinze ans, dans vingt ans, ce seront deux tiers… Et si la ville était le creuset de toutes les inventions, le plus formidable des réservoirs de la vie ? Voilà pourquoi, en pestant, en... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 septembre 2018

Johan Heliot, La trilogie de la lune, édition Mnémos, 610 pages

Voici une trilogie écrite par un auteur que je considère comme un ‘’bâtisseur d’univers’’, que j’avais découvert il y a quelques années dans une série en quatre volumes ‘’Ciel’’, qui était de l’anticipation à portée de main, et qui faisait réfléchir sur notre proche avenir et notre relation aux intelligences artificielles. Et l’univers qu’il nous donne à ire dans la trilogie ci-dessous nous plonge comme dans un monde parallèle au nôtre, dans une uchronie, qui revisite les événements de la fin du XIXes et du XXes. Tome 1 : La... [Lire la suite]
18 juin 2018

Caryl Férey, Plus jamais seul, Gallimard noir, 319 p.

Première approche pour moi du personnage de Mc Cash, même si c’est la troisième apparition de   cet homme dans les romans de Caryl Férey ? Il faudra que je rattrape mon retard. C’est un homme complètement borderline, anti-tout, qui n’a pas froid aux yeux lorsqu’il défend les valeurs et les amis qui comptent pour lui. 0 l’annonce du décès de son vieux pote Marco, Mc Cash plonge et fonce tête baissée dans une enquête mouvementée. Il ne fait pas bon mettre son nez dans certains milieux ! Comment va-t-il concilier... [Lire la suite]
28 mai 2018

Philippe Claudel, L’archipel du chien, Stock, 282p

Un roman d’actualité qui s’inspire de faits divers hélas fréquent aujourd’hui.  Pour quelques cas très médiatisés, combien sont passés sous silence ?De nos jours, quelques parts sur une île méditerranéenne appartenant à un quelconque état d’Europe occidental (du genre Lampedusa pour l’Italie, cous voyez ?) , un peu à l’écart des grandes  voies maritimes des traversées clandestines des migrants sur des embarcations de fortune.  Un peu à l’écart , car ce n’est pas là que les courants marins déverse les corps des... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 06:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2018

Nicolas D’Estienne d’Orves, Nathalie Carter, Le silence et la fureur, XO édition, 361 pages

Une île isolée dans un lac canadien appelé Lost Lake, pour un hui-clos, cela s’annonce prometteur. Une grande maison isolée, un homme seul traumatisée par une tragédie survenue dix ans plus tôt, une employée qui traverse tous les jours la baie en bateau pour satisfaire son employeur plein de TOC qui régissent désormais sa vie. Comment sortir cet homme de son isolement  et lui redonner goût à la vie et au piano ? Depuis dix, il ne supporte plus d’entendre, de jouer et même de se représenter la musique, lui, Max King, le... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 mai 2018

Antoine Rault, La traversée du paradis, Albin Michel, 574 pages

  Déception par rapport au précédent volume. Autant j’avais avalé les aventures de ce jeune homme amnésique devenu espion à la fin de la première guerre mondiale dans La danse des vivants, autant j’ai eu davantage de mal à le suivre dans ce livre. Et j’ai un peu de mal à expliquer pourquoi. Lorsqu’on a en mémoire les aventures du premier volume et e parcours de Charles, il y a dans La traversée du paradis des redites qui donnent l’impression de perdre un peu de notre temps. J’ai eu le sentiment que cet ouvrage s’adressait à... [Lire la suite]
07 mai 2018

Karine Giebel, Purgatoire des innocents, pocket, 640 pages.

AVIS AUX LECTEURS : ne pas commencer ce titre un samedi soir si vous ne voulez pas passer le reste du week-end scotché à ses pages, si comme moi, vous voulez absolument savoir comment tout cela allait se terminer.  En parallèle à la lecture,  je ne pouvais pas m’empêcher de me demander comment on pouvait avoir une imagination aussi tordue pour construire une telle intrigue. Et en même temps, la trame de fond n’est pas une pure imagination de l’auteure, de sordides faits divers  ont déjà rapportés de telles... [Lire la suite]
30 avril 2018

Jean-Christophe Rufin, Le parfum d’Adam, folio, 765 pages

  Quel que soit le sujet traité par cet auteur, la plume de Jean-Christophe Rufin est efficace. C’est bien documenté et bien écrit. Cette fois, il nous entraine dans le domaine de la deep ecology, ou écologie profonde, et ici, très radicale. Comment réconcilier l’homme avec la nature ? Les points de vue sont divergents selon la place de chacun occupée dans nos sociétés contemporaines. Et certains points de vue peuvent être extrêmes. L’intrigue de ce roman relève de la fiction, les faits ne se sont pas produits, mais... [Lire la suite]