30 juin 2016

Karine Giébel, De force, Belfond, 521 pages

Suspens, enquête psychologique, les termes sont adéquats pour qualifier ce roman, dernier né de Karine Giébel. Certains disent que ce roman n’a pas la force de Meurtres pour rédemption, que je viens tout juste d’attaquer, je ne peux donc pas encore juger, mais je peux vous assurer qu’il m’a néanmoins transporté. Habituellement, je résume le début de l’ouvrage, mais là, je dois m’en abstenir,  car un esprit habitué aux thrillers risquerait de faire le lien  trop vite entre les différents éléments. Sachez qu’on plonge... [Lire la suite]