01 mai 2016

Luigi Pirandello, La vie que je t’ai donné, La vit ache ti diedi, Avant-scène théâtre, 15 février 2016, n° 1398

Théâtre simple, théâtre vrai, théâtre de la parole, dérangeant car miroir o se reflète la folie de chacun. Tel est le théâtre de Pirandello. Donna Anna est mise à nu par la mort de son fils, qu’elle refuse. Il est omniprésent, dans la tête de sa mère, et donc vivant et son absence devient alors un personnage à part entière. Elle dessine le portrait du défunt.  Quand sa maitresse survient, comment nier la cruelle réalité ? Une pièce perturbante sur la maternité, le refus de la mort, la folie.  
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,