12 juin 2017

Arturo Perez Reverte, Deux hommes de bien, seuil, mai 2017, 502 pages

Roman, histoire, aventure, quête, Encyclopédie, un vrai plaisir de lecture, ce dernier roman d’Arturo Perez Reverte. Les hommes de bien, ce sont deux académiciens espagnols chargés d’accomplir une mission : rapporter en Espagne la première édition de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Avec l’accord du roi, cela va de soit. Mais bien des oppositions à ce projet se font entendre, l’Eglise en tête. Car il faut bien le dire, l’Espagne du XVIIIes n’est pas franchement éclairée, les Lumières sont assombries par les dogmes et... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 avril 2017

Frédéric Viguier, Ressources inhumaines,Albin Michel, 180 p

Une histoire qui fait froid dans le dos et d’un réalisme d’actualité. La narratrice vient de se voir offrir le poste de chef de secteur textile dans le supermarché dans lequel elle travaille depuis 20 ans. Entrée comme stagiaire, elle ne connait rien au commerce et à ses stratégies. Manipulation, regard bien placé, ce qu’il faut avec qui il faut quand il faut et en quelques jours la voilà promue chef de rayon. Comme étudiante en BTS, elle se définissait en négatif par ce qu’elle n’était pas : pas de regret, pas d’amertume,... [Lire la suite]
10 avril 2017

Jenny Colgan, La petite boulangerie du bout du monde, pocket 508 pages

  Prenez un macareux, un apiculteur, une vieille boulangère revêche, des marins, un phare, une petite île de Cornouaille régulièrement coupée du continent par la marée, et surtout…la mer. Secouez tout cela dans le shaker de la vie et vous aurez l’endroit perdu idéal pour vous refaire une nouvelle vie. Du moins, c’est ce que pense Polly, une jeune femme d’une trentaine d’années. Mais il n’est jamais facile de se retrouver ainsi dans un endroit aussi rustique. J’ai beaucoup aimé ce livre dépaysant et tendre, on s’attache aux... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 janvier 2017

Grégoire Delacourt, L’écrivain de la famille, JC Lattès, 2011, 235 p .

Premier roman touchant de Grégoire Delacourt. Attention parents ! Ne mettez pas une pression trop forte sur les épaules de vos enfants, vous risqueriez de briser un ressort. Laissez les libres de vivre à leur guise ! Edouard, 7 ans, écrit son premier poème, adressé aux membres de sa famille. Très simple, sans relief, faisant rimer papy avec pipi, mais encensé par les mères et grand-mère, et tirant une larme au père. C’est placer la barre très haute ! Comment peut-on créer quelque chose après ce coup d’éclat ? ... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 septembre 2016

Niels Labuzan, Cartographie de l’oubli, Jean-Claude Lattès, 516 pages, RL 516 pages.

  « ça n’a pas commencé en 1933, c’est ce que je sais », comprend le narrateur, de père allemand et de mère namibienne. Le jeune homme qui parle ainsi est arrivé sur les lieux le premier à Okahandja, pour la commémoration du centenaire, en présence de l’ambassadeur. « Tu, caché, enterré, il explose aux yeux de tous ». Quoi ? Le génocide, enfin reconnu, de la population Herero. Et c’est ce qui intéresse notre narrateur, sur les traces de son passé de métis, de ses racines namibiennes. Qui était sa... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
08 juillet 2016

Sorj Chalandon, La légende de nos pères, Grasset, 253 p.

« A l’enterrement de mon père, il y avait neuf personnes et trois drapeaux » (incipit).  Il ne l’a pas questionné de son vivant, il savait peu de choses. Parce que ces hommes de l’ombre ne sont pas causant. Il ne lui reste plus qu’à construire la légende de son père. Comment ? En entrant en biographie. Le narrateur devient biographe familial. Les familles voulant laisser un témoignage, une postérité, une trace venait lui raconter leur vie ou un épisode, et lui mettait en forme, embellissait le texte, le rendait... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 mai 2016

Imre Kertesz, Etre sans destin, 10/18 domaine étranger, 368 pages

Ce roman n’est pas le premier que je lis sur la déportation, mais il a une particularité narrative qui m’a touchée. Le personnage principal est un adolescent de 15 ans. Ce n’est malheureusement pas une originalité ( Voir Une vie , de Simone Veil, par exemple, que j’ai déjà chroniqué). Mais ici, ce n’est pas une littérature de l’après, comme beaucoup de livres de témoignages.  « Une littérature de l’après » est un livre qui emploie les mots de la connaissance, lorsqu’on peut enfin mettre les mots sur l’horreur qui a... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 mai 2016

Marie-Sabrina Roger, Bon rétablissement, Rouergue, 2014 p

J’aime bien les histoires de vieux bougons qui finissent par découvrir leur part d’humanité et celle des autres. Jean-Pierre, fracassé après une chute en haut d’un pont, subit une hospitalisation de plusieurs mois. Vieux, veuf, sans enfant, sans animaux domestiques, peu de famille…le bougon de service… Nous allons le voir s’ouvrir petit à petit. Attention, pas de trop, le bougon a une réputation à tenir !! Mais quand même… Les personnes qu’il croise sont dignes d’un inventaire à la Prévert, mais chacune  est pour un... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 avril 2016

Philippe Claudel, Les âmes grises.

  Novembre 1917. Une fillette de dix ans, Belle de jour, est retrouvée assassinée au bord d’une petite rivière, derrière la propriété du procureur. Sur fond de grande guerre, présente juste derrière la colline, nous voyons se dessiner le portrait d’un village quiPetite vit comme en vase clôt, un monde à part, protégé par les coteaux, replié sur lui-même, loin de la vraie vie. Les personnages et les classes  sociales  cohabitent plus qu’elles ne vivent ensemble,  juge et procureur d’un côté, petites gens... [Lire la suite]