08 avril 2017

Nicolas Maleski, Sous le compost, fleuve édition, 289 p.

Franck est un homme au foyer qui s’occupe de ses trois filles, de la maison et de son potager pendant que sa femme exerce son métier de vétérinaire. Plutôt maniaque et routinier, le train-train quotidien et l’isolement ne lui posent pas de problèmes. La vie suit son cours jusqu’à ce qu’il reçoive une lettre anonyme : sa femme le trompe avec son associé de la clinique vétérinaire… Comment réagir ? Enquêter ? se venger ? En parallèle de la vie conjugale, une histoire vieille de dix ans vient se télescoper avec... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mars 2017

Richard Flanagan, Dispersés par le vent, flammarion, 367 pages

  « Avec un choc, Sonja se rendit compte qu’elle laissait l’amour pénétrer, et elle se sentait malade de dégoût, sentit tout son corps et son âme quitter le lieu où elle était et eût peur que la petite parcelle de terre solide sous ses pieds ne soit en train de se désintégrer et qu’il n’y ait plus jamais rien sous elle, éprouva une forte sensation de chute tellement accélérée qu’on aurait dit qu’il flottait, qu’il volait, mais sans savoir si elle tombait ». En effet, Sonja est en quête de ses racines à partir d’un... [Lire la suite]
14 décembre 2016

Régis Jauffret, Cannibales, Seuil, 186p, 2016

Cannibales est un roman épistolaire. Ce n’est pas très fréquent et assembler une correspondance pour en faire un roman relève d’un exercice de style parfois périlleux. Et pour moi, cet exercice là n’est pas une réussite. Noémie, jeune femme de 25 ans, écrit une première lettre à la mère de l’homme qu’elle vient de quitter. Comme cet homme était bien plus âgé qu’elle, l’écart d’âge entre les deux femmes est conséquent. La deuxième lettre est la réponse de Jeanne, et là, pour moi, ce fit le hic. Que chacune de ces femmes ait du... [Lire la suite]
12 septembre 2016

David Lelait-Hélo, Poussière d'homme, Pocket, 127 pages.

David Lelait-Helo doit venir dans quelques semaines en dédicace dans la librairie que je fréquente assidument. Je ne le connaissais pas. Mon libraire m'a alors conseillé Poussière d'homme. Je l'ai lu d'une traite en une soirée, avec les yeux qui clignotent. Probablement une poussière dans l'oeil. Le kleenex fut indispensable. Poussière d'homme est un magnifique roman d'amour autobiographique, hommage à l'être aimé trop tôt disparu, emporté par la maladie. Cela a fait écho en moi, m'a oppressé, m'a bouleversé. Pour avoir été... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juin 2016

Pierre Raufast, La variante chilienne, Alma, 260 pages

Ahhh, encore une belle lecture. Après les histoires en escaliers de La fractale des raviolis, voici un enchainement à la façon des petits cailloux du Petit poucet. Margaux, adolescente qui vient de passer le bac, se cache sur le siège arrière de la voiture de son prof de philo. Ils s’installent dans une location, dans un village perdu. Que fuient-ils ? Les histoires rebondissent, se répondent et nous font voyager dans le temps au rythme des petits cailloux de Florin, leur voisin. Des chapitres comme des pans de vie qui se... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 juin 2016

Nicolas Barreau, Le sourire des femmes, livre de poche, 330 pages

Une charmante histoire d’amour entre cuisine et écriture. Aurélie, jeune propriétaire d’un restaurant parisien, vient de se faire plaquer par son compagnon. Déprimée, elle erre dans Paris. Désespérée, elle entre dans une librairie (elle qui ne lit jamais !) et tombe sur un roman de Robert Miller, auteur anglais, intitulé Le sourire des femmes. De quoi parle ce roman ? D’une jeune femme, Sophie, copie conforme d’Aurélie dans sa robe verte, et dans son restaurant. Elle se reconnait dans ce personnage et craque pour... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juin 2016

Sorj Chalandon, Une promesse, Grasset, 122 p, Prix Médicis 2006

Tous les jours, à tour de rôle, depuis dix mois, une bande de vieux copains rend visite à Fauvette et Etienne. Et à leur maison. Fauvette rempli ses éternelles grilles de mots croisés, Etienne vérifie la veilleuse au grenier. Chacun note dans un cahier d’écolier les visites effectuées.  Qu’est ce que les uni, ces vieux camarades, quelle promesse le soude ? Au fil de la lecture se dessine la vie de Fauvette et d’Etienne, autour d’une ancienne croyance. La veilleuse garde les âmes des personnes défuntes. Ne jamais... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juin 2016

Jean-Paul Dubois, Vous plaisantez Monsieur Tanner, Points, 200 pages

Monsieur Tanner est un collectionneur. Mais pas un collectionneur comme les autres. Non. Sa collection, il l’a élaboré malgré lui, au fil des mois, au cours d’une année de rénovation d’une vieille demeure héritée. Monsieur Tanner a collectionné les artisans. Ou plutôt, « les caractères ombrageux, les manies malfaisantes, les lubies inquiétantes des artisans » qui sont intervenus chacun dans leur domaine respectif. J’ai souris, certes, mais peu ri, sauf sur la fin, face à ces caractères si particuliers et parfois si cocasses. J’ai... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mai 2016

Martin Winckler, Abraham et fils, POL, 576 pages

Nous sommes en 1963. Abraham, médecin, s’installe  avec son fils Franz dans une petite ville de province, Tillier, dans le Loiret. Qu’est-ce qui les pousse à quitter l’Algérie ? Pourquoi cet homme et son fils vivent-ils seuls dans cette grande maison ? Martin Winckler nous entraine au cœur d’une famille française un peu particulière, donnant en même temps à voir un aperçu de la vie française des années 1963-64, la France du Général. Les points de vue alternent : le lecteur observe à tour de rôle la vie du père... [Lire la suite]
06 mai 2016

jean-Luc Seigle, Je vous écrit dans le noir.

Roman, œuvre de fiction autour d’un personnage bien réel, lui, celui de Pauline Dubuisson, dont le procès a défrayé la chronique. A sa mort en 1963, elle laissa derrière elle des cahiers aujourd’hui disparus. C’est là qu’entre en jeu l’imagination du romancier. Quelle mémoire, quelle impression a-t-elle laissée sur sa vie ? Ce livre n’est pas une chronique judiciaire, mais une vie de femme, de jeune femme. Des retours en arrière sur l’enfance , l’adolescence, l’occupation, l’après-guerre éclaire les différentes facettes... [Lire la suite]