14 mars 2017

Jean-Christophe Rufin, Globalia, Gallimard, 498 pages.

Baïkal recherchait la liberté, on lui a donné l’exil. Baïkal est un jeune homme hardi, à l’esprit rebelle, considéré comme asocial…du moins selon les normes de Globalia. Et si on ne peut pas ranger les gens dans des cases bien définies, on est surveillé constamment. Globalia est ne cité-monde où la démocratie est poussée à l’extrême. Les habitants de Globalia vivent dans leur bulle, au sens propre comme au figuré. AU sens propre car un gigantesque dôme de verre recouvre les zones protégées. Au sens figuré car tout est contrôlé,... [Lire la suite]