14 décembre 2016

Régis Jauffret, Cannibales, Seuil, 186p, 2016

Cannibales est un roman épistolaire. Ce n’est pas très fréquent et assembler une correspondance pour en faire un roman relève d’un exercice de style parfois périlleux. Et pour moi, cet exercice là n’est pas une réussite. Noémie, jeune femme de 25 ans, écrit une première lettre à la mère de l’homme qu’elle vient de quitter. Comme cet homme était bien plus âgé qu’elle, l’écart d’âge entre les deux femmes est conséquent. La deuxième lettre est la réponse de Jeanne, et là, pour moi, ce fit le hic. Que chacune de ces femmes ait du... [Lire la suite]