08 juillet 2016

Sorj Chalandon, La légende de nos pères, Grasset, 253 p.

« A l’enterrement de mon père, il y avait neuf personnes et trois drapeaux » (incipit).  Il ne l’a pas questionné de son vivant, il savait peu de choses. Parce que ces hommes de l’ombre ne sont pas causant. Il ne lui reste plus qu’à construire la légende de son père. Comment ? En entrant en biographie. Le narrateur devient biographe familial. Les familles voulant laisser un témoignage, une postérité, une trace venait lui raconter leur vie ou un épisode, et lui mettait en forme, embellissait le texte, le rendait... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,