Compte-rendu du vendredi 19 février 2016, Médiathèque de LIeusaint, 86 rue de Paris

En juin 2015 avait été dévoilée  la sélection de livres de Lire@Sénart pour l’année scolaire 2015-2016. Les auteurs se répartissent ensuite sur le district pour rencontrer nos élèves de 3e-2de qui ont lu les ouvrages. Pour les élèves du pôle de remobilisation du Lycée La Mare Carrée de Moissy Cramayel et les collégiens du secteur, ce fut Johan Héliot, dont le livre Ciel 1.0, L’hiver des machines était dans la sélection.

Pendant l’accueil autour d’un café, j’ai pu échanger avec lui sur les 4 volumes de sa série Ciel. Moment privilégié à l’écart des oreilles des élèves, pour ne pas leur dévoiler le contenu des volumes qu’ils n’avaient pas encore lus.

Ensuite, chacun prend place. Après une brève présentation de la littérature de l’imaginaire à l’aide d’un exemple parlant leur permettant facilement de comprendre la différence entre fantastique, science-fiction et fantasy, les élèves ont pu poser leurs questions.

Certaines portaient sur le cheminement pour devenir écrivain, les techniques d’écriture, la durée de rédaction d’un livre, le choix du logo… D’autres amenaient des réponses un peu plus poussées.

Voici quelques échanges :

Pour écrire de la science-fiction, faut-il aimer les nouvelles technologies ?

Oui, elles sont utiles, mais ‘’c’est aujourd’hui qu’il faut réfléchir aux moyens de contrôler les nouvelles technologies pour ne pas être dépendant dans le futur. Les machines doivent être au service de l’homme et non l’inverse ‘’.

Ses sources d’inspiration ?

L’observation de ce qui se passe autour de lui, la lecture d’articles de revues scientifiques…Par exemple, pour la série Ciel, tout est parti d’un article présentant l’interview de douze scientifiques, imaginant chacun dans son domaine ce que pourrait être la fin du monde. Le spécialiste de l’intelligence artificielle pensait que d’ici une quinzaine d’années (donc à l’horizon 2030), les IA pourraient être autonomes. Ce qui rejoint le point de vue actuel de Stephen Hawkins qui affirme qu’‘’ une fois que les humains développeront une intelligence artificielle, elle prendra son envol et se remodèlera elle-même de plus en plus rapidement. Les humains, qui sont limités par des fonctions biologiques lentes, ne pourront rivaliser et seront dépassés. ‘’ Cela ne rappelle rien aux lecteurs de Ciel ? …Ciel !

Ecrire pour faire rêver, ou pour faire passer un message ?

‘’L’évasion de la réalité’’ est le point de départ, mais dans les romans d’anticipation comme Ciel, il est aussi normal de faire réfléchir sur quelque chose qui peut devenir problématique. C’est une des finalités de cette littérature. ‘’La littérature de science-fiction est une lecture de mise en garde contre les dérives du futur ‘’.

Comment en est-il venu à écrire de la science-fiction ?

Ayant été un dévoreur de SF dès le collège (Merci à Histoire de robots, et à la professeure de français), Johan Héliot s’est lancé dans l’écriture d’histoires courtes de SF à la manière de ses auteurs préférés (comme quoi s’ennuyer en cours peut être bénéfique). De rencontres de hasard au coup de pouce de la chance, sa passion pour les histoires a pu prendre le dessus.

Alors, si vous lui demandez quelle personne il aimerait rencontrer si le voyage dans le temps existait, seriez-vous surpris de l’entendre répondre…H.G. Wells ?