roger

J’aime bien les histoires de vieux bougons qui finissent par découvrir leur part d’humanité et celle des autres.

Jean-Pierre, fracassé après une chute en haut d’un pont, subit une hospitalisation de plusieurs mois. Vieux, veuf, sans enfant, sans animaux domestiques, peu de famille…le bougon de service…

Nous allons le voir s’ouvrir petit à petit. Attention, pas de trop, le bougon a une réputation à tenir !! Mais quand même…

Les personnes qu’il croise sont dignes d’un inventaire à la Prévert, mais chacune  est pour un petit quelque chose dans cette nouvelle qui commence.

C’est beau, c’est tendre, c’est une lecture qui fait du bien, qui donne le sourire.

 

Citation :

« L’orthopédiste s’occupe de la charpente, le neurologue, de l’électricité. Mon urologue est dans l’écoulement des eaux. Ne pas parler de la plomberie avec son carreleur, c’est le début de la sagesse ».

« Il faut se rendre à l’évidence, la plupart des femmes n’ont pas besoin de nous : un ballotin de chocolat leur suffit amplement à remplacer l’orgasme »

« On nait roseau, on devient chêne, et on finit en bois de balsa »