06 janvier 2017

Annie Barrows, Le secret de la manufacture de chaussettes inusables, 10/18, 662 pages.

Déçue. Alors que je n’avais pas lâché le précédent titre d’Annie Barrows écrit à quatre mains avec sa tante (Le cercle littéraire…), cette fois, je me suis régulièrement ennuyée. L’histoire et le contexte sont très intéressants, l’irruption d’une personne étrangère au comté permet les révélations et les bouleversements, le tout pimenté par une fillette curieuse qui n’a pas froid aux yeux. Mais…un je ne sais quoi tire l’histoire en longueur, les insertions de la correspondance ne servent pas le rythme de la lecture. Bref, c’est un... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 janvier 2017

Lisa See, Fleur de neige, Flammarion 2006, 378 pages

En Chine au XIXes, la vie de deux jeunes femmes de deux milieux différents, mais aux 8 signes correspondants ( Jour/mois/année/ nombre de frère et sœur/ taille des pieds…). Elles peuvent donc devenir des laotongs, c'est-à-dire des jeunes filles soudées comme des sœurs que rien ne peut séparer. Alors, commence l’ascension sociale de l’une et la descente sociale de l’autre. De leur  petite enfance (6 ans), nous les suivons tout au long de leur adolescence, de leur vie de femme, au milieu des traditions, des cancans de la... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 décembre 2016

Esli Erdogan, Le bâtiment de pierre, 107 p.

Voici une découverte de circonstance, puisque cette auteure est actuellement détenue en Turquie, régime qui ne tolère plus les opposants politiques. La médiathèque a remis son livre en avant pour faire connaitre ses écrits. C’est une œuvre indéfinissable, en prose, tout en étant d’une grande poésie, …pour exprimer les horreurs de la prison turque, entre torture et violence politique. Une poésie du style pour être la mémoire de la prison et des atrocités. A travers des personnages ayant perdu leur humanité. Démoli. Bouleversant.
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 décembre 2016

Audur Ava Olafsdottir, Le rouge vif de la rhubarbe

  Dans ce simple, l’écriture et la situation sont à la fois simple et poétique. Augustina est une jeune fille  conçue dans un champ de rhubarbe. Handicapée, mais remplie de rêve et de désir d’évasion. Alors, à la force du poignet, entre rocher de bord de mer et  collines proches, elle a un objectif : gravir la plus haute montagne de l’île. 844 mètres. Elle va tout mettre en œuvre pour y arriver. Entre Nina, Vermundur et Salomon, une galerie de portraits de gens simples, sincères et humains. Une belle lecture... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 décembre 2016

Petina GAPPAH, Le livre de Mémory, 343 pages, éd Jean-Claude Lattès, 2016, RL.

Ouvrons le chapitre un comme un prologue, pour une mise en bouche qui nous ouvre l’appétit, pour permettre au lecteur de se situer entre le passé et le présent entre lesquels  il va naviguer. Et en toile de fond se peint un visage social du Zimbabwe. Memory est une jeune femme dans le couloir de la mort d’une prison zimbabwéenne pour le crime d’un blanc  chez lequel elle vivait. Mais Memory, comme nous allons le découvrir, n’est pas comme les autres. Et il fallait un coupable en ces périodes de troubles… La prison est un... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 décembre 2016

Régis Jauffret, Cannibales, Seuil, 186p, 2016

Cannibales est un roman épistolaire. Ce n’est pas très fréquent et assembler une correspondance pour en faire un roman relève d’un exercice de style parfois périlleux. Et pour moi, cet exercice là n’est pas une réussite. Noémie, jeune femme de 25 ans, écrit une première lettre à la mère de l’homme qu’elle vient de quitter. Comme cet homme était bien plus âgé qu’elle, l’écart d’âge entre les deux femmes est conséquent. La deuxième lettre est la réponse de Jeanne, et là, pour moi, ce fit le hic. Que chacune de ces femmes ait du... [Lire la suite]

12 décembre 2016

Anne Luthaud, Comme un mensonge, Verticales, 2009, 129 p.

  Une pièce secrète et interdite au centre d’une maison sur mesure. Un homme bizarre qui attire les jeunes femmes Une symbolique des couleurs et des caractères Des clés Cela ne vous rappelle rien ? Voici une réécriture version policière, oserais-je dire, bien que ce ne soit pas ce qui domine, d’un célèbre conte de Perrault. Des points communs, des différences, une libre adaptation qui manque de peps, ce qui a abouti à une lecture plutôt laborieuse, avec une intrigue un peu fouillis à mon goût. Pas vraiment une... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2016

Anne Perry, L’étrangleur de Cater Street, 10/18

Ce livre nous présente la première rencontre du couple Thomas et Charlotte Pitt. Même si l’enquête me semble un peu faible, le côté sociologique est intéressant. Charlotte est une jeune fille en avance sur son temps, voulant être au courant de ce qui se passe dans la société, ce qui ne se fait pas pour une jeune fille de bonne famille. La place de la femme dans la société victorienne doit répondre à certains codes et les enfreindre  est s’attirer les foudres des biens pensants. Mais Charlotte n’est pas à sa près, pour obtenir... [Lire la suite]
08 décembre 2016

Silverberg Robert, Traverser la ville, Edition Le passager clandestin, collection dyschronique, septembre 2016, 80 pages

Merci à Babelio et aux éditions du Passager clandestin (joli nom pour une maison d’édition, pour un voyage dans l’imaginaire). L’embarquement en science fiction est immédiat. Une cité-monde, un monde organisé par un programme informatique qui régit tout : le ramassage des déchets, le ravitaillement, les policiers robots. ..Mais lorsque le programme est dérobé, que peut-il se passer ? Quand l’homme dépend d’un programme pour tous les éléments de sa vie, que peut-il devenir ? Un livre des années soixante-dix,... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2016

Elie Wiesel, Mémoires, tome 1 : Tous les fleuves vont à la mer, seuil, 556 pages, 1994.

Depuis Sighet en Roumanie, le chemin de vie d’Elie Wiesel est mouvementé. Interné à Auschwitz puis Buchenwald, il est libéré par les troupes américaines en 1945. Comment se reconstruire, adolescent,  lorsqu’on a perdu une partie de sa famille ? Comment vivre avec ce qu’il a vu et vécu ? Elie Wiesel va donc passer 10 ans en France à se reconstruire, à réfléchir, à faire des études de religion et de français, avant de s’engager. Dans un monde en ébullition constante qu’il suit attentivement, un événement l’intéresse... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,