Pénitence

C’est un livre qui m’a d’abord dérouté avant de me scotcher. Je l’ai terminé tard hier soir, et trouver le sommeil après les derniers chapitres n’a pas été chose facile.

Voici donc un thriller qui se déroule sur le sol américain autour de Houston, avec un cœur de l’intrigue un agent du FBI borderline. L’ouverture du roman sur les considérations existentielles de cet agent et ses réflexions sur la foi m’ont un peu pesé, mais on ne se refait pas.

Intrigue.

Plusieurs enquêtes se croisent. D’une part, des personnalités meurent, abattues par une même arme. Leur point commun : elles faisaient le bien. D’autre part, des intellectuels meurent bizarrement, ‘’accidentellement’’. Leur point commun, tous étaient athées, le revendiquaient et l’écrivaient, et tous semblaient terrifiés à l’heure de la mort.

C’est aussi le roman d’un grand bouleversement dans la vie de l’enquêteur, tant dans sa vie privée, que professionnelle et spirituelle…le combat contre les forces du mal / du bien ( ?) laisse des séquelles. L’agent Martins s’est retrouvé plongé au cœur d’une enquête psychologiquement lourde à porter. Pour moi, c’était un thriller vraiment perturbant psychologiquement. Et au lieu de hausser les épaules, je ne réagirais plus de la même manière lorsque j’entendrais quelqu’un dire ‘’Je prierai pour toi’’.  Je ne crois pas au surnaturel, mais je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir la frousse du personnage dans son appartement d’emprunt à Galveston. Et je n’ai plus lâché le roman jusqu’à la dernière page.