22 mars 2017

Aurélie Valogne, Mémé dans les orties, lp 264 pages

  Ferdinand Brun est un vieux monsieur, veuf,  bougon insupportable qui ne cherche qu’une chose : rester dans sa routine et fuir ses voisines. Et il a le malheur de se mettre à dos la concierge, Madame Suarez. Alors, œil pour œil, dent pour dent, la guerre est déclarée. Jusqu’à l’éveil du vieil homme aux sentiments. J’ai été déçue par ce roman. Il me faisait de l’œil depuis un bon moment déjà, et j’ai profité de la fin d’une lecture pesante et pas très facile pour me lancer dans ce livre que j’espérais léger. ... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mars 2017

Eirikur Orn Narddahl, Heimska, la stupidité, Métailié, 158 pages

  "Tout juste mariés, Aki et Lenita avaient tenté l’expérience de débrancher toutes les webcams de leur domicile (…). Aki et Lenita se sentaient bien chez eux. Mais voila, ils avaient quand même l’impression de ne plus exister et d’être vidés de leurs substances… » Oui, car dans la société dans laquelle vivent nos deux personnages, tout le monde est interconnecté en permanences, les caméras tournent sans arrêt, et chacun peut suivre n’importe qui où qu’il soi…Tout le monde peut vous voir, vous observer,…mais personne peut... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mars 2017

Luke Rhinehart, L’homme –dé, édition de l’olivier, 521 pages.

Ce livre est encensé comme LE livre subversif  à lire absolument. Mais je pense que je suis passée à côté. Les premiers chapitres m’ont franchement emballée, j’ai trouvé le personnage de Luke intéressant puis je me suis lassée, une fois compris le fonctionnement de l’Homme-Dé. Luke est un psychiatre new-yorkais qui tente une nouvelle option pour sa propre vie avant de la faire connaitre aux autres. Pourquoi devoir prendre des décisions  conformes à ce qu’on attend de nous ? Il est alors question de la société, du... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mars 2017

Simenon, Les vacances de Maigret, lp.

Et une petite lecture détente pour plonger dans une atmosphère comme Simenon sait si bien le faire. Maigret est en vacances aux Sables d’Olonnes avec Madame Maigret. Enfin pouvoir profiter du bord de mer et oublier quelques temps les enquêtes… Mais voila que Mme Maigret doit être hospitalisée d’urgences, soignée par les bonnes sœurs. L’une d’elle glisse dans la poche du commissaire un petit papier portant l’inscription ‘’Par pitié, demandez à voir la malade du 15 » ! Maigret serait-il tombé sur une enquête sans le... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mars 2017

Jean-Marc Ceci, Monsieur Origami, Gallimard

Comment qualifier ce livre ? Il est présenté comme un roman. C’est l’histoire de Maitre Kurogiku, japonais nstallé en Toscane.  Il vit seul, avec sa plantation de Kozo (murier à papier). Il pratique l’art du washi (fabrication du papier avec le kozo), puis de l’origami, afin de pratiquer le zazen. Fabriquer du papier, plier, déplier, méditer. Et Monsieur Origami, comme le surnomme les villageois, n’est plus seul. Le partage ouvre de nouveaux horizons. Alors, roman ? Oui, mais aussi explication d’une pratique... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 mars 2017

René Giffer, Une ténébreuse affaire, d’après Balzac, 1977

  J’ai pris cette BD lors d’un désherbage de bibliothèque…uniquement parce qu’il s’agit de Balzac…anfin, d’une rtansposition de Balzac. Certains pensent que la BD n’est pas de a littérature, ou n’arrive pas à la cheville de la ‘’littérature’’ dite classique. Mais je n’entrerais pas dans le débat. J’aime lire de la BD de temps en temps, et surtout je m’intéresse aux adaptations d’œuvres classiques dans cet art. Ayant affaire à des élèves très récalcitrants envers le roman et l’objet livre, la BD peut-être un moyen détourné... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2017

Simenon, Maigret et les témoins récalcitrants. LP

Une petite lecture agréable et rapide pour me détendre, et pour changer des gros pavés ou des livres denses. La famille Lachaume, quai d’Ivry, est la propriétaire d’une biscuiterie qui ne tient plus que par les apports des dots. Dans la maison, vivent les parents, âgés, Léonard et Armand, les deux frères,  Paulette, la femme d’Armand, et une vieille domestique à leur service depuis cinquante ans, Catherine. Léonard est retrouvé mort assassiné dans son lit, le porte feuille a disparu. Un vol qui a mal tourné. Tous les indics... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 février 2017

Sylvain Tesson, Berezina, En side-car avec Napoléon. Edition Michel Guérin, 2015, 199 p

  -          Un vrai voyage, c’est quoi ? Une folie qui nous obsède, dis-je, nous emporte dans le mythe, une dérivé, un délire, quoi, traversé d’Histoire, de géographie, irrigué de vodka, une glissade à la Kerouac, un truc qui nous laissera pantelant, le soir, en larmes sur le bord d’un fossé. Dans la fièvre… -          Ah ? fit-il. -          Cette année, ce sont les deux cents de... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 février 2017

Sylvain Tesson, Sur les chemins noirs, Gallimard, 2016.

Regardez une carte IGN. Voyez-vous ces lignes noires toutes fines ? Ce sont des  chemins dans les champs, les bois, les forêts. Et dans certaines régions ces lignes sont beaucoup plus nombreuses et permettent de fuir toute civilisation. Ce sont les chemins noirs de la France rurale dite profonde. Alors, pour se ressourcer,…ou plutôt pour réparer les vivants, pour apprendre à son corps à se reconstituer en vivant au rythme des pas du marcheur, Sylvain Tesson emprunte ces chemins du sud-est au nord de la France.... [Lire la suite]
Posté par Bina Thomas à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 février 2017

Gérard de Cortanze, Les amants de Coyoacan, Albin Michel, 2015.

Je connaissais très peu Frida Kahlo et ce livre fut un éclairage intéressant qui m’emmena pendant quelques jours au Mexique à la découverte d’un peintre, d’un homme politique en exil et d’une société de l’entre deux guerre avec les répercussions de ce qui se passe en Europe. Deux principaux personnages : Frida Kahlo, peintre, fracassée, au caractère fort, pour qui ‘’l’amour est le but central de la vie’’. Son mari, ses amants. ET Léon Trotski, accompagné de sa femme Natalia. Il s’est vu retiré la nationalité soviétique. Exilé... [Lire la suite]